Opinion

  • Éditorial

Remise en ordre

Mardi 19 Septembre 2017 - 11:21

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Rien n'est encore joué, bien sûr, et mieux vaut attendre encore quelques mois pour porter un jugement définitif sur les réformes engagées par le gouvernement Mouamba 2, mais il est certain que quelque chose bouge en profondeur dans le domaine de la gouvernance publique. Il suffit pour s'en convaincre de considérer ce qui se passe dans plusieurs ministères clés tels que l'éducation, la santé, la jeunesse, la finance, le commerce, le tourisme et l'environnement, l'administration du territoire.

L'enjeu, il est vrai, est immense non seulement pour les femmes et pour les hommes chargés de mener à bien le programme de "rupture" énoncé à plusieurs reprises ces derniers mois par le Chef de l'Etat, mais également et surtout pour la nation congolaise qui fait face à de redoutables problèmes économiques et sociaux. Ou bien, en effet, la modernisation du Congo s'accélère et tous les espoirs sont permis, ou bien au contraire elle ne progresse pas, voire même régresse, et le risque est grand de voir le pays s'enliser dans une crise sans fin.

Tout repose dans cette affaire sur la volonté de quelques-uns, sur le soutien que la majorité parlementaire leur apportera et sur l'application immédiate, dans toute l'étendue du territoire national, des décisions prises au plan gouvernemental puis votées par les deux assemblées. Tout est donc affaire de conviction personnelle et de capacité à mobiliser les énergies publiques, privées qui permettront de traduire en actes les consignes données au plus haut niveau de l'Etat.

Nous l'avons écrit ici même à maintes reprises ces derniers temps et nous n'hésitons pas à le répéter au risque d'être accusés, comme on dit, de radoter : jamais l'information, la communication d'Etat n'a été aussi importante. Car la "rupture" demandée par la plus haute autorité de la Nouvelle République ne deviendra une réalité durable que si la société civile comprend ce qui se passe sur le terrain, appuie les réformes édictées par le gouvernement et votées par le Parlement, s'engage elle-même pour garantir leur application dans son environnement immédiat.

Remettre en ordre aujourd'hui pour mieux vivre demain n'est pas rêver !

 

   

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 24/10/2017 | Soutien
▶ 23/10/2017 | AM = BHL
▶ 20/10/2017 | Mammouth
▶ 19/10/2017 | Moteur
▶ 18/10/2017 | Forces négatives
▶ 16/10/2017 | Admettons …
▶ 16/10/2017 | Ignobles !
▶ 13/10/2017 | Havre de paix
▶ 12/10/2017 | Tensions
▶ 12/10/2017 | Pardonner