Opinion

  • Éditorial

Réponses

Mercredi 18 Décembre 2019 - 11:28

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Du message que le président de la République a adressé hier aux deux chambres du parlement réunies en congrès ressort cette évidence rassurante à tous égards : loin d’être isolée dans son palais de Brazzaville, la plus haute autorité de l’Etat est plus que jamais en liaison constante avec le peuple congolais dont elle mesure pleinement l’ampleur des problèmes individuels et collectifs ; mais elle rappelle aussi et dit à juste titre que la résolution de ces mêmes problèmes ne dépend pas seulement de l’Etat ou du gouvernement ; que donc la société civile elle-même doit prendre en mains son destin et s’attacher à contourner les obstacles auxquels elle se trouve confrontée.

Nous ne saurions trop conseiller aux lecteurs de notre quotidien de lire avec la plus grande attention le texte intégral du message présidentiel que nous publions dans ce numéro des Dépêches de Brazzaville. Ils y découvriront l’image précise que le chef de l’Etat a aujourd’hui de son pays, de notre pays le Congo, des problèmes que celui-ci va devoir résoudre à moyen et long termes, des atouts qu’il détient dans un monde en pleine évolution, des appuis de toute nature dont il bénéficie contrairement aux « fake news » qui prolifèrent sur les réseaux sociaux. Et cela leur permettra d’anticiper les décisions qui seront prises à brève échéance au plus haut niveau de l’Etat dans le cadre du plan de relance économique et financier conclu avec les institutions internationales parmi lesquelles figure en bonne place le Fonds monétaire international.

La volonté de poursuivre et d’approfondir le dialogue que la classe politique congolaise appelle de ses vœux dans sa grande majorité étant affirmée de façon claire par le président de la République dans son message sur l’état de la nation, prenons donc en compte les mots qui le concluent : « Les progrès accomplis sont incontestables et prometteurs. Le pire n’est donc pas chez nous. A la différence des années précédentes, notre pays présente un panorama mieux orienté pour poursuivre avec courage et détermination l’œuvre de retour aux équilibres fondamentaux et de relance de l’économie nationale. Les agrégats économiques l’affichent clairement. Comme on le voit, plus que jamais, l’espoir est permis, l’essentiel étant de consolider la paix par le dialogue constructif dans l’Unité, le Travail et le Progrès ».

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 22/2/2020 | Jeunesse
▶ 20/2/2020 | Tentation
▶ 20/2/2020 | Petits métiers
▶ 19/2/2020 | L'offre
▶ 19/2/2020 | Dette
▶ 17/2/2020 | Faire valoir
▶ 15/2/2020 | Terroir
▶ 13/2/2020 | 14 février !
▶ 13/2/2020 | Global tricherie
▶ 12/2/2020 | Disponibilité