Opinion

  • Éditorial

Responsabilités

Mercredi 14 Novembre 2018 - 13:28

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Revenons un instant sur le propos pour le moins musclé que le président du Congo a tenu lundi, concernant le dérèglement climatique, lors de la table ronde sur ce sujet organisée dans le cadre de la Conférence sur la paix qui se tenait à Paris dans la Grande Halle de la Villette.

Ceci pour dire que l’Afrique affirme désormais clairement sa volonté de mettre enfin de l’ordre dans la mal gouvernance mondiale qui conduira l’espèce humaine à sa perte si rien n’est fait comme aujourd’hui pour lutter contre le dérèglement climatique. Ceci pour dire aussi que la volonté affirmée de notre continent de jeter toutes ses armes dans la bataille vitale qui s’engage ne peut avoir que de bons résultats si les pays africains coordonnent concrètement leurs actions.

Ayant rendu compte hier, dans nos colonnes, de l’intervention  de Denis Sassou N’Guesso, nous ne reviendrons pas ici sur sa dénonciation de l’inertie des pays du Nord, autrement dit des grandes nations industrielles, qui se trouve à l’origine du dérèglement climatique dont chacun, d’entre nous, où qu’il vive sur les cinq continents, subit désormais les effets directs et indirects. Nous insisterons, en revanche, sur le rôle de lanceur d’alerte mais aussi sur le rôle d’acteur engagé dans ce combat vital que notre pays entend jouer.

Ayant créé, il y a deux ans, lors de la Conférence d’Oyo, le Fonds bleu pour le Bassin du Congo qui vise précisément à protéger la nature contre la dérive humaine, le Congo, notre Congo, situé en plein cœur du deuxième poumon de la planète Terre, est appelé de façon claire à conduire le programme qui nous sauvera tous. Mais il doit pour cela convaincre la communauté mondiale  de se mobiliser à ses côtés afin de protéger cet immense espace des dérives qui le menacent. Et c’est bien ce que Denis Sassou N’Guesso entend maintenant faire comprendre à ses pairs, du Nord comme du Sud, du monde industriel comme du monde émergent.

Voyons si l’appel lancé lundi à la communauté internationale sera entendu par ceux auxquels il est adressé en priorité. Et si, par conséquent, les moyens attendus pour concrétiser le Fonds bleu arriveront à destination.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 15/12/2018 | Retour
▶ 13/12/2018 | Réconciliation
▶ 13/12/2018 | Cadeaux
▶ 13/12/2018 | Dix jours
▶ 12/12/2018 | Routes
▶ 11/12/2018 | Intégration
▶ 9/12/2018 | Hygiène
▶ 7/12/2018 | Moeurs
▶ 7/12/2018 | Liste
▶ 6/12/2018 | Implication