Opinion

  • Éditorial

Rumba

Jeudi 3 Janvier 2019 - 20:57

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Le genre musical cubain peut s’écrire sans fin, tellement son histoire, depuis le XIXe siècle, est chaque fois renouvelée par des séquences qui lui rajoutent un côté quelque peu improvisé. Ce qui nous inspire ici, ce n’est sans doute pas cette légende mieux écrite par les historiens qui nous rappellent, d’ailleurs, que la rumba, au Congo, fit son entrée dans les années 1920 mais eut un fort succès les décennies post-indépendance.

Remués par la dernière actualité de ce genre musical que nous avons consignée dans ce numéro, nous sommes inspirés par les propos d’un de ses défenseurs, il y a plus de vingt ans. Même si elle continue à défier le temps à travers de nouveaux titres, la rumba a perdu son charme car évincée par la rareté des producteurs et par de nouveaux genres musicaux agressifs, jusque dans des discothèques.

L’analyse est faite par les artistes eux-mêmes qui contestent les musiques opportunistes dont le succès s’assied sur des insanités. Si la rumba se meurt à petit feu, n’est-il pas le moment de trouver une riposte à la taille des stratégies des codes actuels du showbiz qui ont mis sous les projecteurs de nouveaux acteurs plus opérationnels ?

Ce qui est sûr, aucune musique ne disparaît tant que ses fanatiques la demandent. Mais peut-être, pour revitaliser la rumba des deux rives du fleuve Congo, conviendrait-il de revisiter quelques secrets de son âge d’or et se soumettre aux nouvelles dispositions musicales.

Les Dépêches du Bassin du Congo

Edition: 

Édition du Samedi (SA)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 16/1/2019 | Episode
▶ 16/1/2019 | Routes
▶ 15/1/2019 | Politique
▶ 12/1/2019 | Preuve
▶ 11/1/2019 | Au nom du père
▶ 11/1/2019 | Duo gagnant
▶ 10/1/2019 | Voyons donc …
▶ 9/1/2019 | Stabilité
▶ 8/1/2019 | Vœux
▶ 5/1/2019 | Soutien