Salon mondial des arts premiers : coup d'envoi à Paris de la 17e édition

Mercredi 12 Septembre 2018 - 16:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le plus grand rendez-vous international "Parcours des mondes" a ouvert ses portes le 11 septembre dans la capitale française, accueillant des centaines de collectionneurs venus du monde entier mais aussi les curieux, libres de déambuler parmi les œuvres.

Evénement commercial, avec une soixantaine de galeries participantes, le salon annuel des arts premiers ambitionne aussi de mieux faire connaître l'art tribal d'Afrique, d'Océanie, d'Amérique ainsi que les arts classiques asiatiques, souvent méconnus.

Le public peut déambuler librement de galerie en galerie, une soixantaine, et admirer des œuvres d’art qui vont de mille à plusieurs dizaines de milliers d'euros pour les plus belles pièces.

Quelque dix mille visiteurs sont attendus pour ce salon en plein air, au cœur du quartier de Saint-Germain des Prés, selon les organisateurs, ravis de voir les acheteurs américains de retour cette année après une parenthèse liée aux attentats contre la capitale française.

Président d'honneur de cette 17e édition, le grand collectionneur américain, Adam Lindemann, a confié lors d'une conférence de presse sa double passion pour l'art contemporain et l'art tribal.

"J'ai toujours aimé faire cohabiter l'art occidental et les arts africains et océaniens", a expliqué ce collectionneur célèbre pour ses ventes records d'œuvres de Jeff Koons ou Jean-Michel Basquiat.

Ces objets sont "historiques mais aussi mythiques, magiques. On apprécie leur plasticité, leur forme mais aussi leur mystère", a ajouté le collectionneur, poursuivant: "Ces œuvres ont influencé notre culture et demeurent parmi les plus grands chefs-d’œuvre jamais créés".

"Les arts d'Afrique et d'Océanie ont été découverts par des artistes de l'avant-garde au début du XXe siècle", a rappelé à l'AFP Nicolas Rolland, historien et marchand d'art, citant notamment Picasso, Derain, Braque, Miro... Ces artistes s'en sont inspirés et ont contribué à faire reconnaître la valeur esthétique de ces objets jusqu'alors réduits à leur dimension ethnographique, a-t-il souligné.

Un hommage est aussi rendu dans le cadre du salon à une mythique exposition d'art tribal organisée en 1930 au Théâtre Pigalle à Paris. Un accrochage réunit ainsi une vingtaine d'objets exceptionnels ayant figuré dans cette exposition, majeure pour la reconnaissance des arts premiers en Europe.

Des conférences-débat et des expositions thématiques complètent le programme de "Parcours des mondes" qui se tient jusqu'au 16 septembre.

 

 

 

AFP

Notification: 

Non