Santé mentale : l’OMS encourage l’humanité à prendre soin des adolescents et jeunes adultes

Mercredi 10 Octobre 2018 - 12:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’agence onusienne a publié, le 10 octobre, un rapport invitant le monde à contribuer à la prévention de la détresse psychologique et des troubles mentaux chez les adolescents et les jeunes adultes.

 

Dans le document qui spécifie les grandes lignes des objectifs de la journée commémorative du 10 octobre, sur le thème « Les jeunes et la santé mentale dans un monde en évolution », il est indiqué que l’adolescence et les premières années de la vie adulte sont une période où de nombreux changements se produisent avec, par exemple, de nouvelles études, le départ du foyer familial et l’entrée à l’université ou dans la vie active. Ainsi, pour de nombreux jeunes, c’est une période stimulante mais qui peut cependant être aussi synonyme de stress et d’appréhension.

« Dans certains cas, s’ils ne sont pas reconnus et pris en charge, ces sentiments peuvent conduire à des troubles de la santé mentale. L’utilisation de plus en plus large des technologies en ligne, qui est sans nul doute source de nombreux avantages, peut également entraîner des pressions supplémentaires, sans oublier que la connexion aux réseaux virtuels étant toujours plus omniprésente », souligne le rapport. Le texte ajoute que la plupart des cas sont aussi ceux des adolescents qui vivent dans des zones touchées par des situations d’urgence humanitaire, de conflits et de catastrophes naturelles ou d’épidémies. Car ces jeunes qui vivent dans de telles situations sont particulièrement exposés à la détresse psychologique et aux troubles mentaux.

Selon cette expertise, la moitié de tous les troubles mentaux commence avant l’âge de 14 ans mais dans la plupart des cas, ces troubles passent inaperçus et ne sont pas traités. Et, pour ce qui est de la charge de la morbidité chez les adolescents, la dépression occupe la troisième place. Par contre, le suicide est la deuxième cause de décès chez les enfants, dont l’âge varie entre 15 à 29 ans. Dans le même tableau, il y a également la problématique de l’usage nocif de l’alcool et de substances illicites chez les adolescents. Cette question affecte gravement de nombreux pays et peut conduire à des comportements à risque tels que les rapports sexuels non protégés ou la conduite dangereuse.

Créer les capacités d’une résilience mentale

Etayant la listes des solutions qui peuvent contribuer à aider les jeunes dans ces cas, le rapport précise qu’il est important de les aider à se doter de capacités de résilience mentale dès leur plus jeune âge. Ceci, afin de faire face aux défis du monde actuel en pleine évolution. Car, de plus en plus, les données attestent que la promotion et la protection de la santé des adolescents sont bénéfiques non seulement pour leur santé, à la fois à court et à long terme, mais aussi pour les économies et la société. D’autant plus que les jeunes adultes en bonne santé sont capables de prendre part à la vie professionnelle, à la vie de leur famille, à celle la communauté et de la société dans son ensemble.

La prévention commence par une meilleure compréhension

Pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS), il est possible de faire beaucoup pour contribuer à créer les capacités de résilience mentale dès le plus jeune âge, en prévenant la détresse psychologique et les troubles mentaux chez les adolescents et les jeunes adultes. Ce, à travers la prise en charge de ces troubles mentaux afin de parvenir à la guérison. Mais la prévention commence par la prise de conscience et la compréhension des premiers signes d’alerte et symptômes des troubles mentaux.

« Les parents et les enseignants peuvent contribuer au développement chez les enfants et les adolescents d’aptitudes qui leur permettront de faire face aux difficultés quotidiennes à la maison et à l’école. Parce que un soutien psychologique peut aussi être apporté dans les écoles ou d’autres lieux de la vie sociale », indique encore le rapport. Le document reconnaît que la formation des agents de santé pour leur permettre de déceler et de prendre en charge les troubles de la santé mentale peut être une solution importante. Cependant, l’investissement public et la participation des secteurs sociaux, des secteurs de la santé et de l’éducation dans des programmes complets et intégrés, reposant sur des données factuelles, sont essentiels. Ces investissements doivent aussi être liés aux programmes destinés à sensibiliser les adolescents et les jeunes adultes aux moyens de prendre soin de leur santé mentale et d’aider leurs pairs, leurs parents et leurs enseignants à savoir comment soutenir leurs amis, leurs enfants et leurs étudiants.

 

Rock Ngassakys

Notification: 

Non