Santé publique: des professionnels réunis à Pointe-Noire

Jeudi 31 Mai 2018 - 15:52

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Infirmières et infirmiers du pays ont participé, du 30 au 31 mai dans la capitale économique, aux premières journées des sciences infirmières. Une opportunité qui leur a été offerte pour améliorer leurs prestations quotidiennes.

Depuis quelques années, les sciences infir­mières ont connu un essor impor­tant, permettant l’amé­lio­ra­tion conti­nue des soins infir­miers dans plusieurs pays du monde. Aussi Pointe-Noire a-t-elle ccueilli les premières journées des sciences infirmières, ouvertes par Florent Balandamio, directeur de cabinet de la ministre de la Santé et de la Population, qui ont permis aux praticiens de réfléchir sur l' amélioration leurs performances.

En effet, ces journées sont une opportunité pour les praticiens de la médecine moderne de s’exprimer  non  seulement sur leur profession mais  aussi  sur  les difficultés  auxquelles ils font face. Pendant ces deux jours d’activité, ils ont discuté de leur vision actuelle et future, en vue d'un meilleur avenir de leur profession.  Les échanges entre participants venus de plusieurs centres et hôpitaux du pays ont permis de définir des pistes de solutions et d’actions, sur la base des communications faites à cette occasion.

Les différents facteurs de succès et les freins dans le développement de carrières en soins ont été, entre autres, des exposés présentés lors de ces journées. Les intervenants se sont penchés sur différents sujets, notamment sur le droit des malades, l’accueil en milieu hospitalier, le rôle de l’infirmier, l’organisation de la prise en charge, la création d’un cabinet des soins infirmiers, le rôle des associations des infirmiers dans la promotion de la profession infirmière, etc.

Dans son mot de circonstance, Florent Balandamio a encouragé les infirmiers, tout en leur indiquant que la santé est au cœur de l’action gouvernementale car  une politique de gratuité a été mise en œuvre, indiquant que leur rôle est donc considérable dans la réussite de ce programme. Tout doit être mis en oeuvre, a-t-il dit, pour garantir la sérénité de l’exercice avec les formations indispensables à l’actualisation ou l’enrichissement des compétences ainsi que la sécurité de l’environnement professionnel.

 

Hugues Prosper Mabonzo

Légendes et crédits photo : 

Les participants crédit photo"ADIAC"

Notification: 

Non