Opinion

  • Éditorial

Savoir

Mardi 30 Janvier 2018 - 20:53

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Le procès des personnalités arrêtées chez nous il y a plusieurs mois pour atteinte à la sécurité de l’Etat approchant, semble-t-il, à grands pas, de nombreux, très nombreux citoyens congolais se posent à juste titre la question suivante : la comparution publique de ces hommes devant la justice permettra-t-elle de savoir ce qu’il s’est réellement passé en marge de la réforme constitutionnelle de 2015 et de l’élection présidentielle de 2016 ?

Cette question est d’autant plus importante que courent depuis des mois, dans les couloirs de la majorité comme de l’opposition mais également dans les coulisses de la diplomatie, les rumeurs les plus diverses concernant les motivations et les appuis dont auraient bénéficié les présumés auteurs d’une tentative de  coup d’Etat qui ne disait pas son nom.

De deux choses l’une, en effet, ou bien l’action engagée par les accusés contre le régime en place relevait de la seule politique intérieure, ou bien elle bénéficiait d’appuis extérieurs : dans le premier cas elle ne concerne que le Congo, n’a aucun lien avec des puissances étrangères, doit donc être jugée sur la seule base du droit congolais et dans le strict respect des lois qui régissent les libertés individuelles ; mais dans le deuxième cas elle ne peut manquer d’avoir des incidences sur les relations que notre pays entretient avec les Etats proches ou lointains qui se seraient impliqués directement ou indirectement dans cette affaire.

N’avançons aucun pronostic concernant ce qui se dira à la barre lorsque débutera le procès. Disons simplement que la justice congolaise va devoir mener cette action de façon rigoureuse afin  d’asseoir ses verdicts sur des bases indiscutables. D’abord, bien sûr, parce que la société civile veut savoir ce qu’il s’est réellement passé avant et pendant les scrutins ayant permis la réforme des institutions nationales. Ensuite, parce que la communauté internationale observe elle-même  avec attention l’évolution d’un pays qui occupe une position stratégique au cœur d’une région, le Bassin du Congo, en proie à de grands troubles.

Connaître enfin la vérité, nous n’en sommes probablement plus très loin. Et l’on peut compter sur les avocats comme sur les juges en charge de ce dossier pour y parvenir.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 20/10/2018 | Rapport
▶ 19/10/2018 | Osons rire !
▶ 18/10/2018 | Histoire
▶ 17/10/2018 | Les fruits du Congo
▶ 13/10/2018 | Leçon
▶ 13/10/2018 | L’enfant et la télé
▶ 12/10/2018 | Urgence
▶ 10/10/2018 | Entretien
▶ 9/10/2018 | Et le Fonds bleu ?