Scrutins du 23 décembre : la population de Malweka et Kimbwala sensibilisée au processus en cours

Jeudi 11 Octobre 2018 - 14:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le Collectif prévention à la base, une organisation non gouvernementale de développement local, a entretenu, le week-end dernier, les habitants des deux quartiers de la commune de Ngaliema, à Kinshasa, sur les enjeux des élections attendues dans le pays. 

 L’initiative de l'association a été saluée par l'assistance, composée en grande partie des jeunes des deux quartiers parmi les plus reculés de Kinshasa. Aussi ont-ils posé plusieurs questions aux organisateurs de la matinée de sensibilisation, afin de bien comprendre et intérioriser le processus qui mène vers des élections prévues pour le 23 décembre prochain.

Présidente du Collectif prévention à la base, Bazinda Mira est revenue sur l’importance de l’acquisition d’une carte d’électeur sans laquelle une personne ne peut pas voter; la vérification de son identité sur la liste des électeurs affichée au lieu de l’enrôlement ou antenne de la Commission électorale nationale indépendante (Céni);  la maîtrise du calendrier électoral et des dates importantes comme celle du 23 décembre retenue pour les scrutins couplés de la présidentielle et des législatives.

Elle a aussi évoqué la connaissance du candidat à élire, le contrôle et le suivi de ses actions et gestes, enfin la problématique de la machine à voter qui fait couler beaucoup d’encre et de salive. Poursuivant cet échange, Mira Bazinda a souligné que sa démarche de son association n'était motivée ni par la Céni ni par un quelconque parti politique. Elle a tenu à différencier  un observateur délégué de la société civile, désigné pour suivre le déroulement des scrutins dans un bureau de vote, d'un témoin délégué par un parti politique. « Vous serez nos observateurs », a-t-elle martelé.

Réagissant à moult questions, elle a insisté sur la nécessité pour un citoyen de voter mais en portant son choix sur un candidat capable de répondre aux attentes du peuple. Mira Bazinda a encouragé l’assistance à participer aux scrutins car toute voix non exprimée peut profiter à la partie adverse. Quant à la machine à voter, un jeune a déclaré: « Nous ne voyons cet engin qu’à la télé, jamais physiquement. Et même si l’on appporte ça ici, qu’est ce qu'on en fera sans électricité ? ». Répondant à cette  préoccupation, Mira Bazinda a promis d’entrer en contact avec les responsables de la Céni afin d’apporter cette machine à ces « laissés pour compte de la gouvernance locale et du processus électoral », selon ses propres termes. Elle a ajouté que la machine à voter fonctionne aussi avec une batterie alimentée avant son utilisation pour une longue durée d’autonomie.

Pour clore son entretien avec la population de Kimbwala et Malweka, l'intervenante lui a demandé de ne pas se fier aux rumeurs mais de suivre de près l’exécution des activités prévues dans le calendrier de la Céni dont une bonne partie est déjà exécutée à ce jour. In fine, tout le monde a émis les vœux sur la continuité de ces échanges avec la base, tout en organisant des formations sur des thématiques en rapport avec les élections, la citoyenneté, etc., pour une société plus démocratique, des élections apaisées et une alternance politique pacifique dans le pays.

Martin Enyimo

Légendes et crédits photo : 

L'affiche de la matinée de sensibilisation au processus électoral

Notification: 

Non