Secteur maritime: le Congo encouragé dans l’application des conventions internationales

Mardi 6 Novembre 2018 - 19:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Réalisé du 29 octobre au 5 novembre, l’audit du pays a permis à l’Organisation maritime internationale (Omi) de notifier des forces ainsi que des faiblesses qui feront l’objet des mesures correctives.

La responsable de l’audit de l’Omi, Caroline Néoman, a indiqué: « Ces écarts feront l’objet d’un plan de mesures correctives qui devra être élaboré en étroite collaboration avec les différentes entités publiques concernées ». Elle a appelé à la collaboration des ministères et entités concernés, estimant que la République du Congo dispose des capacités de mise en œuvre effective des conventions internationales et autres instruments maritimes pertinents.

« Mais, cela ne pourra se faire sans une étroite collaboration entre tous les ministères et entités concernés », a précisé Caroline Néoman.

De son côté, le ministre des Transports, de l’aviation civile et de la marine marchande, Fidèle Dimou, a rassuré que le Congo mettra tout en œuvre pour élaborer et adopter des plans d’action, afin de corriger les écarts et les dysfonctionnements constatés par l’audit de l’Omi.

« Ces politiques et stratégies maritimes qui vont orienter l’action de l’Etat en mer devraient permettre une meilleure coordination de toutes les entités publiques et privées au plan juridique, administratif et opérationnel ainsi que leurs responsabilités », a-t-il déclaré.

Pour lui, l’action du gouvernement devra être orientée de telle sorte que les liens et les responsabilités de chaque entité impliquée dans l’application des conventions de l’Omi soient portés vers l’amélioration des performances.  

Le Congo s’est engagé, en 2015, dans le processus de l’audit facultatif de l’Omi rendu obligatoire en 2016. Cette opération a permis de mesurer l’efficacité de l’administration maritime nationale et d’entrevoir les mesures d’une meilleure gestion dans ce secteur. 

L’évaluation de l’Omi a concerné les services des ministères en charge des Transports, de la Défense nationale, de la Pêche, de l’Economie, des Hydrocarbures, des Finances, de l’Environnement et des Télécommunications.

Membre de l’Omi depuis 1964, le Congo a ratifié la quasi-totalité des conventions maritimes internationales. Le pays joue un rôle stratégique dans la sous-région en matière de sécurité maritime et de préservation de l’environnement marin. Il est l’initiateur de la stratégie africaine intégrée pour les mers et l’océan à l’horizon 2050.       

Christian Brice Elion

Notification: 

Non