Session extraordinaire du parlement : Joseph Kabila bientôt devant le congrès

Lundi 18 Juin 2018 - 19:01

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le président de la République va s’adresser incessamment à la nation, devant le parlement réuni en congrès, à l'occasion d’une session spéciale qui sera bientôt convoquée.

À peine les rideaux sont tombés sur la session ordinaire de mars, officiellement clôturée le 15 juin, qu’une nouvelle s’apprête à être convoquée. Sénateurs et députés n’auront donc pas de moment de répit car, incessamment, ils vont renouer avec l’hémicycle, cette fois-ci en session extraordinaire pour parachever le processus d’adoption de certains projets de loi laissés en suspens. Toutefois, l’intervention du chef de l’État, Joseph Kabila, devant le parlement réunis en congrès, pourra voler la vedette aux aspects purement législatifs de cette imminente session extraordinaire intervenant à la veille de la convocation du corps électoral d’ici au 27 juillet.

Joseph Kabila s’adressera donc à la nation via les représentants du peuple réunis en congrès. De quoi va-t-il parler ? Les spéculations vont bon train dans l’opinion, surtout que le contexte politique s’y prête bien afin que soit levé définitivement le voile sur ses intentions, réelles ou supposées, de briguer un troisième mandat. Maints observateurs attendent le chef de l'État sur cette question, espérant qu’il va, une fois pour toute, assouvir la curiosité de ceux qui ont toujours voulu qu’il se prononce clairement sur le sujet. Mais au regard des restrictions qui lui sont imposées par la Constitution dont il a toujours déclaré respecter les dispositions, tout porte à croire qu’il ne sera pas candidat à sa propre succession. Dans les milieux proches de la coalition au pouvoir, une telle perspective est curieusement contredite par les actions posées sur le terrain, sur fond d’effervescence qu’inspire une possible candidature de Joseph Kabila qui, par ailleurs, tarde à se choisir un dauphin.

Cependant, dans le souci de « garantir la sécurité du chef », certains bonzes de la majorité présidentielle croient le moment venu pour leur autorité morale de se trouver un dauphin qu’ils pourront soutenir à la présidentielle de décembre. Joseph Kabila, qui a toujours affiché une posture insondable sur cette question, va-t-il finalement délier sa langue et se dévoiler ?  Rien n’est moins sûr, estiment certains analystes qui pensent que le Raïs pourrait toujours surprendre, dans un sens comme dans l’autre.       

Alain Diasso

Légendes et crédits photo : 

Le président Joseph Kabila

Notification: 

Non