Opinion

  • Éditorial

Signal

Lundi 3 Décembre 2018 - 11:09

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Nul ne saurait se réjouir que le Cameroun se voit retirer l'organisation de la CAN 2019, cette Coupe d'Afrique des nations qui, tous les deux ans, fait flamber notre continent pendant de longues semaines et qui projette du pays hôte l'image d'un peuple uni, vivant, dynamique, résolument tourné vers l'avenir. Très précisément, ce que nous avions su faire, il y a trois ans, lorsque nous fut confiée la tenue de la onzième édition des Jeux africains.

Ce qu'il convient de remarquer, ou plus exactement de souligner, alors que vient d'être prise la décision brutale de confier à une autre nation que le Cameroun la lourde tâche d'organiser cette CAN 2019, est le fait que le Congo avait su, lui, franchir tous les obstacles qui se dressaient sur sa route lors de la préparation des Jeux de 2015 alors même qu'il ne disposait pas de moyens considérables pour réussir un tel exploit. Ceci n'est pas dit, écrit, dans le but d'accabler les Camerounais qui, eux aussi, ont consenti ces dernières années de grands sacrifices afin de tenir le pari qu'ils se lançaient à eux-mêmes, mais simplement pour rappeler à ceux d'entre nous qui l'auraient oublié que seule la mobilisation collective permet à une nation de relever un tel défi. 

Dans le moment que nous vivons où la crise financière qui a frappé le Congo ces deux dernières années semble sur le point de prendre fin, il n'est pas inutile de rappeler que sans les grands travaux d'infrastructure réalisés tout au long de la décennie dont nous allons vivre la dernière année, les Jeux africains ne nous auraient pas été confiés, il y a trois ans. Comment, en effet, aurions-nous pu remporter cette victoire stratégique si nous n'avions pas su construire, dans le temps imparti, le complexe sportif de Kintélé, rénover les autres stades, aménager les voies qui y conduisent et les lieux d’accueil pour les visiteurs venant de partout ?

La belle journée que nous avons vécue hier avec le lancement de la 23e CAN seniors dames, Challenge Edith-Lucie-Bongo- Ondimba, dans le Palais des sports de ce même complexe, est venue très opportunément rappeler que seul l'engagement d'une nation permet d'affirmer sa présence sur la scène mondiale. Survenant dans le moment très particulier que constitue le retrait au Cameroun de la CAN 2019, elle a rappelé très opportunément que les sacrifices consentis chez nous ne l'ont pas été pour rien. Un signal fort pour l'avenir. 

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 18/12/2018 | Confiance
▶ 15/12/2018 | Retour
▶ 13/12/2018 | Réconciliation
▶ 13/12/2018 | Cadeaux
▶ 13/12/2018 | Dix jours
▶ 12/12/2018 | Routes
▶ 11/12/2018 | Intégration
▶ 9/12/2018 | Hygiène
▶ 7/12/2018 | Moeurs
▶ 7/12/2018 | Liste