Opinion

  • Éditorial

Signaux

Mercredi 29 Novembre 2017 - 11:12

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


À l'approche des fêtes de fin d'année et tandis que les Congolais, dans leur grande majorité, se demandent s'ils pourront célébrer dignement l'avènement de l'an 2018 en raison des difficultés financières auxquelles ils se trouvent confrontés depuis des mois, il n'est ni prématuré ni indécent d'écrire que des signaux forts devraient leur être envoyés dès à présent concernant la réforme de la gouvernance publique. Ayant fait preuve jusqu'ici d'une grande retenue face à l'Etat et n'ayant pas cédé à la tentation de descendre dans la rue pour mieux se faire entendre, ils espèrent, en effet, que les prochaines semaines leur redonneront l'espoir qu'ils ont perdu tout au long de la difficile année 2017 qui s’achève.

Il ne nous appartient évidemment pas de dire quels pourraient être ces signaux ni comment ils seraient envoyés à l'opinion publique, mais nous n'avons pas le moindre doute concernant le fait qu'ils doivent s'inscrire résolument dans le cadre du programme de "rupture" sur lequel le chef de l'Etat, Denis Sassou N'Guesso, s'est fait élire il y a un peu plus d'an. Approuvé massivement par les électrices et les électeurs, ce plan d'action reste, en effet, un commun dénominateur pour la société civile, une sorte de traceur qui permet de croire en un avenir meilleur alors même que les difficultés individuelles et collectives ne cessent de croître, nourrissant un pessimisme dangereux pour la nation.

L'enjeu est d'autant plus important que la communauté internationale, financière tout particulièrement, a les yeux rivés sur Brazzaville qui doit prouver maintenant sa capacité de redresser sa situation présente alors que les feux repassent au vert pour ce qui concerne notre principale source nationale de revenus, à savoir les cours du pétrole sur les marchés mondiaux. Dans le moment où se finalise le budget public des douze mois à venir et où s'engagent les discussions pouvant aboutir à un accord de long terme avec le Fonds monétaire international, des décisions fortes allant dans le bon sens contribueraient de façon décisive à la mise en place d'un plan de soutien international dont chacun de nous ressentirait vite, très vite les effets.

Voyons si le bon sens, c'est-à-dire la volonté d'agir l'emportera sur le désir de paraître dans les jours et les semaines à venir.

 

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 15/12/2017 | Economie verte
▶ 14/12/2017 | Pavé
▶ 13/12/2017 | Rétropédalage ?
▶ 12/12/2017 | Convergence
▶ 11/12/2017 | Feux verts
▶ 8/12/2017 | Gangrène
▶ 7/12/2017 | Remise à plat
▶ 6/12/2017 | One Planet Summit
▶ 5/12/2017 | Alerte
▶ 4/12/2017 | FMI