Opinion

  • Éditorial

Sisyphe

Mercredi 4 Octobre 2017 - 14:03

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


La rencontre internationale qui réunit pendant trois jours, chez nous, à Brazzaville, de nombreux experts africains afin de préparer la prochaine conférence sur le climat qui se tiendra dans moins de deux mois à Bonn, en Allemagne, mérite à coup sûr une attention particulière. Outre le fait qu'elle doit permettre de préciser les orientations que dessinera et sans doute aussi les propositions que formulera l'Afrique lors de cette nouvelle COP, elle permettra notamment de lancer le processus qui aboutira à l'édification du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo dont les fondements ont été posés lors de la Conférence d'Oyo il y a très exactement sept mois.

Conçu par la prestigieuse Brazzaville Foundation dont le siège est à Londres et qui réunit en son sein de hautes personnalités du monde entier, proposé à ses pairs d'Afrique centrale par le président Denis Sassou N'Guesso lors de la COP 22 à Marrakech, acté dans son principe par les douze Etats du Bassin du Congo présents sur les berges de l'Alima le 7 et le 8 mars dernier, le Fonds Bleu est l'un des projets les plus ambitieux,  les plus fondateurs du vingt-et-unième siècle dont nous vivons les premières décennies. S'il voit effectivement le jour, ce qui est aujourd'hui certain, il garantira aux plusieurs centaines de millions d'humains qui vivent dans cette partie du monde une vie plus saine, plus sûre, plus équilibrée, plus heureuse donc que celle vécue par nos semblables dans les siècles passés.

Il n'est jamais facile de passer des idées, aussi nobles soient-elles, aux actes et donc du rêve à la réalité mais l'enjeu est tel pour les peuples du Bassin du Congo que tout doit être mis en œuvre afin que le Fonds Bleu entre rapidement dans la phase éminemment stratégique de sa construction.  Et pour qu'il en aille ainsi il faut que les Etats, les gouvernements, mais aussi les institutions internationales mobilisent leurs forces, leurs moyens, leur volonté aussi, sans sous-estimer pour autant l'importance des obstacles que chacun d'eux, chacune d'elles devra franchir. Car c'est bien une sorte de rocher de Sisyphe que tous devront porter s'ils veulent faire du Fonds Bleu un moteur de l'émergence africaine.

Une fois de plus le Congo, notre Congo, se trouve à la manœuvre. Il a suffisamment prouvé sa volonté d'agir pour que nous n'ayons pas le moindre doute sur le fait qu'il mettra toute son énergie au service de cette noble aventure. 

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 15/12/2017 | Economie verte
▶ 14/12/2017 | Pavé
▶ 13/12/2017 | Rétropédalage ?
▶ 12/12/2017 | Convergence
▶ 11/12/2017 | Feux verts
▶ 8/12/2017 | Gangrène
▶ 7/12/2017 | Remise à plat
▶ 6/12/2017 | One Planet Summit
▶ 5/12/2017 | Alerte
▶ 4/12/2017 | FMI