Opinion

  • Éditorial

Solidarité

Jeudi 30 Avril 2020 - 18:06

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Ce qui ressort principalement du Message que le président de la République, Denis Sassou N’Guesso, a adressé hier soir au peuple congolais est un appel à la solidarité aussi fort que précis dont chaque citoyenne, chaque citoyen doivent aujourd’hui s’imprégner s’ils veulent combattre de façon efficace la pandémie du coronavirus.

S’il est vrai, en effet, que l’Etat doit tout mettre en œuvre, avec les puissants moyens dont il dispose, pour protéger la population de la terrible pandémie qui ravage les cinq continents, il l’est tout autant, sinon même plus, que la bataille ne sera gagnée que lorsque chacun d’entre nous, à la place qu’il occupe dans la société, respectera et appliquera les consignes édictées par les pouvoirs publics. Des consignes parmi lesquelles figurent en première place le confinement et la distanciation que, malheureusement, nombre d’entre nous ne respectent pas, facilitant ainsi l’expansion d’un virus qui a déjà causé la mort de centaines de milliers d’êtres humains en Asie, en Europe, en Amérique.

La solidarité, qui seule nous permettra de sauver un grand nombre de vies tout au long de cette crise, n’est pas seulement une action collective visant à protéger les plus faibles et les plus démunis. Elle repose aussi, d’abord et avant tout, sur une prise de conscience individuelle de la responsabilité personnelle, donc du strict respect des règles qui ont démontré leur efficacité dans les pays touchés par le virus et que la communauté internationale dans son ensemble a fait siennes. Une évidence, une certitude que tous les experts, les chercheurs, les médecins, les soignants des cinq continents rappellent jour après jour, heure après heure, minute après minute mais que trop de personnes, chez nous comme ailleurs, n’écoutent pas, avec les conséquences destructrices que ce refus provoque.

En s’adressant directement au peuple congolais comme il l’a fait hier le chef de l’Etat a marqué l’enjeu vital que constitue la stricte observation des mesures qui sont prises chez nous comme ailleurs pour endiguer la pandémie. Puisse-t-il être entendu sur toute l’étendue de notre territoire, dans les grandes cités comme dans les villages les plus reculés. Notre avenir, c’est évident, en dépend très directement.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 7/8/2020 | Aptitudes
▶ 6/8/2020 | Drame
▶ 5/8/2020 | Transport en commun
▶ 4/8/2020 | Opposition
▶ 3/8/2020 | Attention !
▶ 1/8/2020 | Liste
▶ 30/7/2020 | Protéger les clients
▶ 30/7/2020 | Mémoire
▶ 29/7/2020 | Trafic aérien
▶ 29/7/2020 | Grâce