Soudan du Sud : Juba exige un autre lieu de rencontre Kiir-Machar

Mardi 19 Juin 2018 - 19:56

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les autorités du pays ont rejeté, le 18 juin, la ville d’Addis-Abeba, en Ethiopie, comme celle devant accueillir les pourparlers de paix entre le président Salva Kiir et Riek Machar,  prévus ce 20 juin.

Le ministre de l’Information et porte-parole du gouvernement, Michael Makuei, a déclaré que le tête-à-tête ne peut avoir lieu que dans un pays neutre. D’après lui, les trois États membres de l’Igad, à savoir le Soudan, le Kenya et l’Ethiopie qui se sont manifestés pour abriter ce sommet ont des intérêts rivaux.

L’autorité intergouvernementale sur le développement ou Intergovernmental authority on development (Igad) est un groupement régional associant huit pays est-africains : Djibouti, Erythrée  (suspendu en 2007), Ethiopie, Kenya, Somalie, Soudan du Sud et Ouganda.

Le groupement a été créé en 1986 par les chefs d’Etat et de gouvernement des États membres sous le nom d’Autorité intergouvernementale sur la sécheresse et le développement (Igad), en réponse aux nombreuses catastrophes climatiques (fortes sécheresses récurrentes et autres catastrophes naturelles ) qui ont causé des famines, dégradé l'environnement et engendré une dépression économique dans la région de l'Afrique de l'est, entre 1974 et 1984.

Depuis le début du conflit au Soudan du Sud, les différentes rencontres de paix n’ont jamais connu d’avancée réelle. Ainsi, l’accord de cessez-le-feu conclu le 23 janvier dernier, après de tumultueuses négociations, n’a guère mis fin aux combats.

La deuxième série de négociations, entamée en février, avait débouché sur un accord de paix signé le 9 mai à Addis Abeba, entre le président Salva Kiir et le chef rebelle Riek Machar. Mais cet accord a été de courte durée.  Depuis, les affrontements continuent sur le terrain, en dépit de la volonté proclamée des deux parties de faire la paix.

Salva Kiir et Riek Machar devraient à nouveau se rencontrer le 9 juin, comme convenu lors de leur premier tête-à-tête. Les deux hommes se disputent le pouvoir depuis la mi-décembre 2013, dans un conflit qui a fait des milliers de morts et près d’un million de déplacés. À la base de leur rivalité se trouvent des dissensions ethniques, accentuées par le limogeage en 2013 de Riek Machar qui était vice-président du Sud Soudan, indépendant depuis 2011.

Yvette Reine Nzaba

Notification: 

Non