Opinion

  • Éditorial

Soutenabilité

Mardi 5 Mars 2019 - 19:59

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Le mot paraît quelque peu technocratique et donc difficilement compréhensible pour le commun des mortels, mais il résume parfaitement en treize lettres le défi que le Congo va devoir relever dans les années à venir s’il veut mettre de l’ordre dans ses finances publiques, respecter les accords qui seront conclus avec les institutions financières mondiales, repartir du bon pied sur la voie de l’émergence économique et du progrès social.

Rendre la dette publique « soutenable » comme l’exige à juste titre le Fonds monétaire international, en contrepartie des aides multiformes qui seront apportées à notre pays, est le grand enjeu de la décennie à venir. Cette exigence vise à ramener l’endettement du Congo des quelques 120 % de son Produit intérieur brut, le fameux PIB, qui l’ont fait plonger dans la crise actuelle à 30 %, autrement dit à diviser par quatre le poids de la dette publique.

Un tel redressement, dira-t-on, sera difficile, pour ne pas dire impossible, à atteindre étant donné la réduction brutale des cours de l’or noir sur les marchés mondiaux qui est à l’origine de cette crise. Il est pourtant accessible dans un délai raisonnable si les forces vives de la nation se mobilisent dans ce but : l’Etat, bien sûr, qui doit réduire les dépenses publiques, lutter contre la corruption qui gangrène ses administrations, veiller à ce que les impôts et les taxes remplissent ses caisses sans pour autant asphyxier les contribuables et les entreprises ; mais aussi les entreprises, publiques ou privées, dont le dynamisme retrouvé augmentera fortement les recettes publiques  et, bien sûr aussi, la société civile dans son ensemble qui est directement concernée par le redressement économique et financier du pays.

Notre pays ayant la chance d’être accompagné dans la reprise de sa marche en avant par des institutions spécialisées qui ont démontré ailleurs leur compétence, toutes les conditions sont réunies aujourd’hui pour que la crise qui nous a coûté si cher ces quatre dernières années ne soit bientôt plus qu’un mauvais souvenir. Ceci est d’autant plus vrai que la Chine qui détient à elle seule un tiers de la dette congolaise met tout en œuvre pour aider notre pays à se relever et que les partenaires traditionnels du Congo comme la France soutiennent avec force les démarches engagées dans ce but par les plus hautes autorités de l’Etat.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 23/5/2019 | Avancée
▶ 21/5/2019 | Vérité
▶ 21/5/2019 | Moscou
▶ 20/5/2019 | Soixante-dix ans
▶ 16/5/2019 | Art, culture …
▶ 16/5/2019 | Tontine
▶ 15/5/2019 | Au-delà ...
▶ 15/5/2019 | Confiance
▶ 14/5/2019 | Présence
▶ 13/5/2019 | Fleuve