Opinion

  • Éditorial

Soutien

Mercredi 14 Octobre 2020 - 19:25

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Même si un tel propos risque de paraître quelque peu décalé par rapport à la réalité dans un moment comme celui que nous vivons où la pandémie de Covid-19 plombe durement leurs finances, les pays riches feraient bien d’accroître leur aide aux peuples des zones dites « émergentes » de la planète. Alors, en effet, qu’ils sont tentés de se replier sur eux-mêmes pour résoudre leurs propres problèmes c’est bien du Grand Sud, autrement dit de l’Afrique, de l’Amérique Latine, de l’Asie méridionale que viendra le rebond global qui lui-même relancera leur économie malmenée par la pandémie.

 

Il suffit, pour s’en persuader, de prendre en considération les deux réalités suivantes qui ne relèvent pas du mythe mais sont bien concrètes :

 

  • La première est le poids humain de cette immense zone géographique qui couvre l’hémisphère sud dans son ensemble mais aussi une bonne partie de l’hémisphère nord (Afrique du nord, Sahel, Amérique centrale, Proche et Moyen-Orient, Pacifique). Plus des deux tiers des humains y vivent, dans des conditions souvent difficiles en raison du sous-développement hérité des siècles précédents, ce qui en fera à terme plus ou moins rapproché un marché aussi dynamique qu’attirant.

 

  • La deuxième réalité, toute aussi évidente pour qui veut bien regarder la vérité en face, est que l’essentiel des ressources naturelles dont dispose la planète s’y trouve rassemblé. Des richesses agricoles, aquatiques, minérales aussi considérables que variées mais qui sont aujourd’hui très largement inexploitées alors même que c’est précisément de leur mise en valeur progressive et, espérons-le, respectueuse de la nature que naîtront les principales richesses du monde à venir.

 

Si les nations riches ont pour deux sous de bon sens, comme on dit en langue populaire, elles doivent tout mettre en œuvre dès maintenant pour aider les nations émergentes à se développer beaucoup plus vite qu’elles n’ont pu le faire ces dernières décennies. Ceci en agissant personnellement comme le fait la Chine avec ses « nouvelles routes de la soie », mais aussi collectivement par la voie des grandes institutions internationales. Leur propre destin en dépend désormais.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 22/10/2020 | Incontournable !
▶ 21/10/2020 | A cœur ouvert
▶ 20/10/2020 | Conseil
▶ 19/10/2020 | Mémoire
▶ 19/10/2020 | 20 jours de plus
▶ 16/10/2020 | Slogan
▶ 15/10/2020 | Maturité
▶ 14/10/2020 | Soutien
▶ 14/10/2020 | Reprise
▶ 12/10/2020 | Echanges