Opinion

  • Éditorial

Soyons clairs !

Mercredi 2 Août 2017 - 17:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Il est vrai que les tensions financières auxquelles le Congo se trouve confronté depuis plusieurs mois projettent l'image d'un pays en grande difficulté dont l'avenir s'avère incertain. D'où la dégradation de sa position sur l'échelle des notations que les agences spécialisées rendent publiques à intervalles réguliers et les jugements pour le moins négatifs que portent sur nous de nombreux observateurs à partir de ces notes.

Soyons clairs cependant : même s'il lui faut franchir les nombreux obstacles dressés sur sa route par la baisse brutale des cours du pétrole sur les marchés mondiaux, notre pays est indiscutablement l'un de ceux sur lesquels il convient le plus de miser en Afrique ; mais il est également l'un de ceux qui méritent le plus d'être soutenus sur ce même continent en raison du rôle éminent qu'il joue dans la prévention et la gestion des conflits.

Concernant le premier point - les conséquences de la chute des cours du baril - tout le monde sait que celle-ci ne durera pas et que tôt ou tard l'accroissement de la demande mondiale, mais plus encore les tensions croissantes au Proche et au Moyen-Orient feront repartir à la hausse le prix des hydrocarbures. Or l'un des pays qui profitera le plus de cette reprise sera précisément le Congo puisqu'il a pratiquement achevé la construction des grandes infrastructures qui font de lui un passage obligé vers l'immense marché du Bassin du Congo, lequel comptera plus de trois cents millions d'âmes à échéance de trente ou quarante ans.

Concernant le second point - le rôle que joue le Congo dans la prévention et la gestion des crises en Afrique - l'aggravation des tensions en Centrafrique, en République démocratique du Congo, en Libye et ailleurs obligera à bref délai la communauté internationale en général, les grandes puissances en particulier à nous soutenir mieux, bien mieux qu'elles ne le font dans le moment présent. Peu d'hommes d'Etat et de gouvernement sur le continent se sont, en effet, engagés dans la recherche de la paix comme l'ont fait les autorités congolaises et peu d'entre eux méritent d'être soutenus au plan mondial.

Conclusion évidente : le Congo ferait bien, dans le moment présent de mieux mettre en valeur les atouts qui sont les siens.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 20/8/2017 | Attente
▶ 17/8/2017 | Dialogue
▶ 16/8/2017 | Raison
▶ 14/8/2017 | Défis
▶ 12/8/2017 | Joyeux anniversaire !
▶ 10/8/2017 | Bilan
▶ 9/8/2017 | Regard
▶ 8/8/2017 | Avertissement
▶ 7/8/2017 | Priorités
▶ 6/8/2017 | Fête