Opinion

  • Éditorial

Stabilité

Mardi 20 Mars 2018 - 20:22

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Finalement, si l’on y réfléchit bien, se déroule sous nos yeux pour le moins effarés une véritable révolution à l’échelle mondiale que personne n’aurait osé imaginer lorsque débuta ce nouveau millénaire. Résumée de façon quelque peu abrupte, cette révolution voit la Chine et la Russie se stabiliser durablement sur le plan institutionnel tandis que les Etats-Unis plongent, eux, dans une gouvernance désordonnée pour le moins inquiétante.

Alors, en effet, que Xi Jinping vient de modifier la Constitution chinoise de façon telle qu’il pourra demeurer au sommet de l’Etat aussi longtemps qu’il le voudra et que Vladimir Poutine, quant à lui, s’est fait réélire pour six ans à une très large majorité, Donald Trump, lui, se trouve confronté par sa faute à une série de tensions internes qui risquent à plus ou moins brève échéance de déboucher sur une procédure dite « d’impeachment » l’expulsant de la Maison-Blanche. Conséquence de ce retournement aussi imprévu qu’imprévisible, la grande puissance qui semblait la plus stable du globe depuis l’implosion du bloc soviétique est devenue la plus instable au sein du petit, très petit, groupe des « Grands ».

Le changement des rapports de forces sur la scène mondiale qui se précise avec la stabilisation de la Chine, de la Russie et la déstabilisation des Etats-Unis ne peut qu’avoir des répercussions majeures sur l’ensemble des relations internationales dans la mesure où, jusqu’à présent, c’est à Washington et à New-York, sur le sol américain donc, que se prenaient les décisions majeures de la gouvernance mondiale. De cette mutation pourrait bien surgir, à brève échéance, une remise en question de la position géographique des institutions de cette même gouvernance qui constituerait elle aussi une véritable révolution.

Cette hypothèse est d’autant plus crédible que la Chine comme la Russie ont inscrit le renforcement de leurs capacités militaires au cœur de leur diplomatie comme le prouve la prise de contrôle de la Mer de Chine méridionale par Beijing et les déclarations pour le moins musclées de Vladimir Poutine pendant sa campagne électorale. Ce à quoi nous assistons n’est pas autre chose qu’un rééquilibrage des rapports de force sur la scène mondiale qui n’ira certainement pas sans susciter de profonds changements sur cette même scène.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 13/12/2018 | Réconciliation
▶ 13/12/2018 | Cadeaux
▶ 13/12/2018 | Dix jours
▶ 12/12/2018 | Routes
▶ 11/12/2018 | Intégration
▶ 9/12/2018 | Hygiène
▶ 7/12/2018 | Moeurs
▶ 7/12/2018 | Liste
▶ 6/12/2018 | Implication
▶ 5/12/2018 | Survie