Téléphonie mobile : quelques villes congolaises en tête de l’utilisation du téléphone

Lundi 11 Mars 2019 - 18:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les agglomérations phares du pays se trouvent principalement dans l’ouest et dans l’est du pays, dont Kinshasa et Goma. Le taux de pénétration y est très élevé, dépassant les 80 %. Par conséquent, la possession et l’utilisation restent fondamentalement un phénomène de ville.

En 2014, quatre ans avant la publication des derniers chiffres de l’Autorité de régulation des postes et télécommunications, une étude réalisée par Target confirmait déjà un développement à plusieurs vitesses des réseaux mobiles sur l’étendue du territoire national. Neuf personnes sur dix interrogées à l’époque dans les villes comme Bukavu, Goma, Kinshasa, Lubumbashi et Matadi étaient abonnées effectivement à un réseau cellulaire. Par contre, d’autres villes du pays  n’ont pas connu la même effervescence. Il s’agit, par exemple, de Kindu et de Kananga qui avaient affiché des taux les plus bas, à peine 60 %.

Toujours à l’époque, il s’était dégagé aussi un certain profil type de client pour chaque opérateur mobile. Les personnes de moins de 18 ans avaient tendance à s’abonner davantage à Tigo pour ses prix attractifs. Quelques mois plus tard, la société Tigo a été rachetée finalement par le Groupe Orange.

Depuis les années 2014, les lignes de démarcation sur le terrain n’ont pas vraiment évolué, à des exceptions près. Les deux anciens géants, Vodacom et Airtel ont dominé le marché de la téléphonie mobile grâce à leur stabilité et la qualité de leur signal. Aujourd’hui, les deux sociétés regroupent tout de même plus de vingt millions d’abonnés, en raison de douze millions pour la première et plus de huit millions pour la seconde.

Toutefois, en ordre d’importance, Orange vient désormais en deuxième position avec plus de onze millions d’abonnés. En parts de marché, les opérateurs précités s’alignent de la manière suivante : Vodacom RDC 38,68 % ; Orange 27,42 % et Airtel RDC 26,47 %. Dans l’une de nos livraisons, nous annoncions que le chiffre d’affaires de l’ensemble du marché de la téléphonie cellulaire en RDC était évalué à 337,1 millions de dollars américain au troisième trimestre de l’année 2018.      

A ses débuts, en 2012, le quatrième opérateur, en l’occurrence Africell, s’est appuyé sur une politique de forfaits avantageux visant les appels, les SMS et l’internet pour se positionner parmi les poids lourds. Si Africell demeure à ce jour le plus petit opérateur du marché de la téléphonie mobile, avec 7,4 % des parts de marché, la société compte aujourd’hui plus de 3,7 millions d’abonnés. Toutefois, les opportunités restent intactes pour les quatre opérateurs de continuer à se développer dans un marché toujours en expansion.   

Laurent Essolomwa

Notification: 

Non