Opinion

  • Éditorial

Tensions

Vendredi 21 Septembre 2018 - 17:10

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


La mort, lundi en Syrie, de quinze militaires russes dans un avion de reconnaissance Iliouchine 20, abattu par un missile syrien mais imputé plus ou moins directement par Moscou à l’armée israélienne dont les actions auraient généré dans le ciel une confusion fatale, confirme le fait qu’à tout instant le chaos peut s’installer dans cette partie du monde où les grandes puissances s’affrontent depuis des années à fleurets plus ou moins démouchetés. Même si elle n’a pas provoqué le choc direct entre la Russie et Israël que l’on redoute depuis longtemps, elle a prouvé que le pire peut se produire désormais à tout instant.

Au cœur de cette affaire se trouve en réalité le conflit qui dresse l’un contre l’autre l’Iran et Israël, conflit qui porte sur l’acquisition réelle ou supposée de l’arme nucléaire par Téhéran, acquisition que Benyamin Netanyahou et son principal allié, l’Américain Donald Trump, sont  décidés à empêcher par tous les moyens, y compris la force brute, c’est-à-dire le déclenchement d’un conflit dont nul ne peut prévoir les conséquences pour la paix mondiale. Un conflit dont précisément la Russie, qui occupe à la faveur de la guerre civile en Syrie une place de plus en plus grande sur la scène du Levant, profite pour réaffirmer sa position de grande puissance.

D’aucuns diront que ce qui se passe à des milliers de kilomètres de nous n’a et ne peut avoir qu’une importance très limitée pour la région de l’Afrique dans laquelle nous vivons. Peut-être, en effet, mais si l’on y réfléchit bien, un tel jugement est erroné dans la mesure où l’aggravation de la situation au Proche et au Moyen-Orient peut finir par provoquer un conflit ouvert entre les nations qui se font face dont les conséquences planétaires seraient immenses. A commencer par une perturbation dans l’acheminement des cargaisons de pétrole et de gaz vers le reste du monde qui bouleverserait l’économie mondiale tout entière.

Le signal qu’envoie la destruction de l’avion  russe dans le ciel syrien qui s’est produite à Lattaquié, en début de semaine, est bien celui de l’incapacité des hommes, aussi dotés d’équipements sophistiqués soient-ils, à prévenir l’imprévisible. Il lance à la communauté internationale tout entière une mise en garde que les puissants de ce monde feraient bien de prendre en compte avant qu’il soit trop tard.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 13/12/2018 | Dix jours
▶ 12/12/2018 | Routes
▶ 11/12/2018 | Intégration
▶ 9/12/2018 | Hygiène
▶ 7/12/2018 | Moeurs
▶ 7/12/2018 | Liste
▶ 6/12/2018 | Implication
▶ 5/12/2018 | Survie
▶ 4/12/2018 | Gilets
▶ 3/12/2018 | Signal