Transfert des eaux de l'Ubangi vers le lac Tchad : les sénateurs s'opposent au projet

Samedi 26 Mai 2018 - 16:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les membres de la Chambre basse du Parlement, qui s’alignent derrière les positions du gouvernement et de l’Assemblée nationale, craignant les conséquences pour le pays et son environnement, face à ce transfert des eaux de la rivière Ubangi vers le lac Tchad, relèvent un « complot africain contre la RDC » et proposent d'autres pistes de solution.

Le projet international de transférer les eaux de la rivière Ubangi vers le lac Tchad a été rejeté par le Sénat, au cours de sa plénière sur l’examen du rapport de la commission Environnement, ressources naturelles et tourisme portant sur cette question. Un des sénateurs, Mokolo wa Pombo, a, d'ailleurs, proposé une « diplomatie offensive » pour faire valoir la position de la République démocratique du Congo (RDC) sur ce sujet. « C’est un problème qui concerne tout le pays et qui intéresse au plus haut point la RDC. Nous devons faire valoir nos arguments auprès de tous les partenaires », a-t-il précisé.

La chambre haute du parlement a plutôt  invité le Tchad à investir les quinze milliards de dollars américains destinés à ce projet pour développer le projet Grand Inga. Selon le Sénat, en effet, la réalisation du projet d'Inga pourra faire que la RDC transfère l’électricité ainsi produite vers le Tchad afin d’alimenter des usines de désensablement des eaux à partir de l’embouchure du fleuve Niger.

Un complot contre la RDC

Le vice-président de la commission Environnement, ressources naturelles et tourisme, José Masikini, a, par ailleurs, estimé que la déclaration finale du Sommet des chefs d’Etat sur le Bassin du Congo et le Fonds bleu, tenu récemment à Brazzaville, était un « complot africain contre la RDC ». Il a fustigé la pression exercée sur la délégation congolaise pour signer  des accords préétablis, soutenant que la RDC était propriétaire du Bassin du Congo à 62%  et ne doit pas être dépossedée de sa souveraineté nationale ainsi que de ses ressources naturelles. Le sénateur Masikini a conclu que « ce complot contre la souveraineté de la RDC ne sera jamais accepté par les Congolais », ajoutant qu'à la RDC, il doit être laissée « la liberté de décider quoi donner aux autres ».

La position du Sénat fait suite à celle prise par le gouvernement  et l'Assemblée nationale, opposés également à ce projet de transférer les eaux de la rivière Ubangi, qui arrose le nord de la RDC, pour compenser l'assèchement du lac Tchad. Les craintes, ici, sont notamment que ce projet priverait la RDC de son approvisionnement en eau et pourrait entraîner d'autres conséquences environnementales. « Il n’est pas question pour la RDC de transférer les eaux de la rivière Ubangi vers le lac Tchad », avait précisé le ministre de l'Environnement et du développement durable, Amy Ambatobe, lors d’un débat à l'Assemblée nationale. Il avait laissé entendre que le gouvernement congolais s’apprêtait à saisir le Conseil de sécurité pour signifier officiellement cette position de la RDC.

La députée Eve Bazaiba, secrétaire de la commission ad hoc qui s’occupe du projet Transaqua lié au transfèrement des eaux de la rivière Ubangi vers le lac Tchad, a noté que cette question était très délicate. Pour elle, cette épreuve « pourrait provoquer une nouvelle guerre contre la RDC ».

Lucien Dianzenza

Notification: 

Non