Unikin : les étudiants réclament la démission du recteur et du ministre de l’ESU

Lundi 19 Novembre 2018 - 17:37

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Dans une déclaration faite le 19 novembre, la coordination des étudiants de l’Unikin donnent, par ailleurs, 48 heures aux autorités académiques pour la reprise des cours suspendus depuis près de deux mois à la suite de la grève des professeurs.

La tension ne faiblit toujours pas à l’Université de Kinshasa (Unikin). Après une relative accalmie qui n’a duré que quelques heures, les étudiants ont repris le 19 novembre avec leur manifestation. Tôt le matin, ils ont réinstallé les barricades, brûlé des pneus et scandé des slogans hostiles vis-à-vis du pouvoir. Le jeu du chat et de la souris a repris ses droits sur le campus entre les policiers et les manifestants contenus dans les périmètres de l’université. Ceux parmi les manifestants qui ont eu la malchance de se retrouver en dehors du site ont été vite interpellés par les forces de l‘ordre qui ont pris leur quartier aux abords du campus. La police était bien obligée, devant la furie des manifestants dont les rangs ne cessaient de grossir, d’user de gaz lacrymogène pour les disperser. Selon la police, les jeunes des quartiers avoisinants ont rejoint les étudiants et mis sens dessus-dessous le site universitaire mué, en un temps éclair, à un champ de bataille. Un grand feu a été allumé à l’espace Trafic qui conduit vers l’Intendance perturbant la circulation à ce niveau.

C’est sur ces entrefaites qu’un groupe d’étudiants est monté au créneau pour lire une déclaration qui engageait l‘ensemble de la communauté estudiantine. Dans leur déclaration, les étudiants de l’Unikin ont donné 48 heures à leurs autorités académiques pour la reprise des cours suspendus depuis près de deux mois à cause de la grève des professeurs. Ils exigent, en même temps, les démissions notamment du coordonnateur des étudiants, du recteur et du ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU), Steve Mbikayi. Ces trois personnalités, d’après eux, auront fait preuve de laxisme dans la gestion du dossier relatif à la grève des professeurs jusqu’à son pourrissement. « Ils ont jusqu’à vendredi pour démissionner. Au cas contraire, nous n’abandonnerons pas », entend-on dire.     

Les étudiants manifestent contre la grève des professeurs qui exigent, à leur tour, l'amélioration des cautions salariales. Entre-temps, l‘on apprend dans la foulée la tenue d’une réunion de l’Association des professeurs de l’Unikin qui examinera la possibilité de la levée de grève. Pour sa part, le ministre Stève Mbikayi ne cesse d’appeler au calme et à la retenue, convaincu de l'issue heureuse des pourparlers en cours.  

Alain Diasso

Notification: 

Non