Université Marien-Ngouabi : quatre nouveaux maîtres de conférence agrégés promus au Cames

Mercredi 20 Novembre 2013 - 18:25

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Antoine Ngakosso, Mathias Marie Adrien Ndinga, Serge Didier Lenga et Delphine Édith Adouki sont les lauréats congolais issus du 16e concours d’agrégation des sciences juridiques, économiques, politiques et de gestion du Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (Cames) que Brazzaville a abrité du 11 au 20 novembre

L'Université Marien-Ngouabi du Congo vient d’enregistrer quatre nouveaux maîtres de conférence agrégés au Cames. En effet, sur les huit candidats présentés, le pays hôte a pu gagner quatre places, ce qui n’était pas le cas depuis plusieurs années. En sciences économiques par exemple, le Congo ne disposait que d’un seul professeur titulaire, l’actuel doyen de la faculté, Hervé Diata. Antoine Ngakosso et Mathias Marie Adrien Ndinga viennent ainsi élargir cette liste à trois professeurs.

Actuel directeur général des Impôts et des Domaines, Antoine Ngakosso revient sur sa préparation. Selon lui, cette consécration est le fruit de deux ans de travail, sachant qu'il se rendait chaque week-end à Libreville pour apprendre. « Nous étions 42 ; 15 sont déclarés admis dont deux Congolais. Nous demandons à nos collègues d’emboîter le pas parce qu’on apprécie les universités en fonction du nombre des professeurs. Or, en sciences économiques nous n’avions qu’un professeur ; aujourd’hui nous sommes maintenant trois professeurs agrégés. Il nous faut travailler ensemble pour former les autres afin qu’à chaque concours, nous ayons au moins un agrégé », a souligné le nouveau promu, demandant aux autorités congolaises de mettre des moyens à la disposition de l’université Marien-Ngouabi pour l’ouverture du cycle doctoral afin de maintenir la flamme allumée.

La lauréate en sciences juridiques, option droit public, Delphine Édith Adouki, n’a pas caché sa satisfaction : « Je suis à la fois ravie de cette distinction, en même temps un peu attristée parce que certains de nos collègues avec qui nous avons préparé cet examen, n’ont pas été retenus. »  

Serge Didier Lenga devient quant à lui, le premier enseignant congolais de rang magistral en sciences de gestion. Les résultats obtenus par les Congolais ont été appréciés par le recteur de l’Université Marien-Ngouabi, le professeur Armand Mouyikoua. Il l’a fait savoir au cours de la conférence de presse qu’il a co-animée avec le secrétaire général du Cames. « C’est un concours, tout le monde ne peut pas réussir. Mais nous nous réjouissons des résultats obtenus par les Congolais, même si nous n’avons présenté que huit candidats pour quatre admis. Cela augmente le potentiel des enseignants de rang magistral à l’Université Marien-Ngouabi qui en a besoin. Le dernier professeur agrégé en sciences économiques par exemple remonte à 1991 ; en sciences juridiques, cela remonte à 2009 », s’est réjoui le recteur.

45 candidats admis sur les 125

Dans l’ensemble, les résultats du 16e concours d’agrégation ont été jugés satisfaisants par rapport à ceux de la 15e édition. En effet, sur les 125 candidats présentés, 45 ont pu obtenir leur grade, soit un taux de 36,29% de réussite, environ 6% de plus qu’en 2011. Avec 14 admis sur les trente-huit postulants, le Cameroun est arrivé en tête, suivi du Sénéga,l 13e sur 33.

Le Secrétaire général de cette institution, Bertrand Mbatchi, a rappelé que le Cames était le seul espace au monde qui évalue ses chercheurs et enseignants en action. Il a, par ailleurs, annoncé quelques mesures qui seront soumises à l’approbation du Conseil des ministres de cette organisation. Elles concernent notamment la maîtrise d’assistanat avant le concours par les candidats, la présélection des dossiers et l’obtention du grade de maître-assistant pour concourir. Actuellement pour concourir, il faut être titulaire d’un doctorat, avoir publié au moins deux articles dans la recherche scientifique, être enseignant dans un État-membre et avoir exercé la fonction d’enseignant pendant au moins deux ans.

Clôturant les travaux, le ministre congolais de l’Enseignement supérieur, Georges Moyen, s’est félicité des résultats obtenus par les lauréats, surtout les Congolais. « Je salue particulièrement les brillants résultats des candidats congolais qui, avec ce 16e concours d’agrégation, semblent avoir rompu, dans le domaine de leurs sciences respectives, avec un passé fait de succès mitigés », a-t-il encouragé.

Parfait Wilfried Douniama

Légendes et crédits photo : 

photo 1 : Antoine Ngakosso. photo 2 : Delphine Édith Adouki. photo 3 : Le présidium du Cames. crédit photo Adiac