Opinion

  • Éditorial

Urbanisme

Vendredi 11 Mai 2018 - 19:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Au centre du concept qui renvoie techniquement à l’affectation et l’utilisation des sols par les pouvoirs publics : la terre. Depuis que les villes s’agrandissent, l’occupation des terres est sujette à controverse. À Brazzaville et Pointe-Noire, comme dans d’autres agglomérations du Congo, plusieurs quartiers naissent vite et se dégradent à la même vitesse à cause de l’occupation anarchique des espaces.

Les propriétaires fonciers et terriens, principaux acteurs des ventes quelquefois délibérées des terrains, ainsi que l’Etat, ont été pointés du doigt du fait essentiellement des glissements de terrain devenus fréquents dans les grandes villes du pays.

Au-delà de ce tableau peu reluisant, on assiste tout de même à l’amorçage d’une nouvelle politique d’aménagement des espaces urbains. L’éveil d’une prise de conscience collective par les citoyens s’accompagne des règles et mesures juridiques pour construire les villes de demain.

La réussite des politiques d’aménagement urbain pour les prochaines années, en cours d’élaboration sans doute, devrait être accompagnée, de la part des pouvoirs publics, d’une communication dynamique, afin de vulgariser leurs principes essentiels auprès de la population pour qu’elle y adhère pleinement.

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition du Samedi (SA)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 19/10/2018 | Osons rire !
▶ 18/10/2018 | Histoire
▶ 17/10/2018 | Les fruits du Congo
▶ 13/10/2018 | Leçon
▶ 13/10/2018 | L’enfant et la télé
▶ 12/10/2018 | Urgence
▶ 10/10/2018 | Entretien
▶ 9/10/2018 | Et le Fonds bleu ?
▶ 6/10/2018 | Poto-Poto