Opinion

  • Éditorial

Urgence

Mercredi 23 Août 2017 - 7:44

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Sitôt constituée autour de l'ancien et nouveau Premier ministre Clément Mouamba, la nouvelle équipe ministérielle va devoir faire preuve d'un engagement, d'un dynamisme, d'une volonté d'agir dont il existe peu de précédents dans le cours de notre Histoire. Confrontée aux problèmes de toute nature que les difficultés financières ont générés ces derniers mois, elle n'aura droit ni à l'erreur, ni au temps c'est-à-dire à la durée.

Disons-le cependant clairement au risque de paraître décalés par rapport aux dures réalités du temps présent : le  Congo a toutes les chances de se redresser très vite si le nouveau gouvernement a pleinement conscience de la mission qui lui est confiée et si les ministres qui le composent s'emploient à mener celle-ci à bien dans les délais impartis qui sont très courts.

Notre pays dispose, en effet, de ressources considérables qu'il est loin, très loin, d'avoir  valorisé : sa population est suffisamment nombreuse, jeune, active pour mettre en valeur ses richesses naturelles, agricoles notamment, et ne demande qu'à œuvrer dans ce but; son territoire est suffisamment vaste et divers pour que se développe rapidement une économie plus équilibrée, c'est-à-dire moins dépendante des hydrocarbures et plus diversifiée; les institutions dont il s'est doté ces deux dernières années sont bien adaptées au monde actuel;  sa sécurité intérieure est assurée sur des bases solides même si la crise qui affecte une partie du département du Pool donne à penser le contraire; le poids de sa dette intérieure et extérieure n'est pas tel qu'il puisse l’empêcher de franchir rapidement les obstacles qui s'élèvent sur sa route.

Dans un tel contexte il est évident que si l'Etat met sans tarder de l'ordre dans ses propres affaires et si le nouveau gouvernement s'emploie à appliquer sans délai les instructions qui lui ont été données par la plus haute autorité de la République  un grand  bien sortira des difficultés présentes. Nous en avons fait l'expérience il n'y a pas si longtemps alors même que les obstacles élevés sur notre route par la division de la nation congolaise étaient infiniment plus grands.

Croire en des lendemains meilleurs ne relève pas de l'utopie, mais du simple bon sens.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 24/10/2017 | Soutien
▶ 23/10/2017 | AM = BHL
▶ 20/10/2017 | Mammouth
▶ 19/10/2017 | Moteur
▶ 18/10/2017 | Forces négatives
▶ 16/10/2017 | Admettons …
▶ 16/10/2017 | Ignobles !
▶ 13/10/2017 | Havre de paix
▶ 12/10/2017 | Tensions
▶ 12/10/2017 | Pardonner