Vernissage : une soirée culturelle autour de l’Art Kintuadi

Lundi 10 Juin 2019 - 18:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’exposition en faveur du collectif Art Kintuadi, sur le thème « Mu Kintuadi exposition/ Assainissons notre environnement », s’inscrit dans une dynamique participante à la récupération et l’amélioration des matériaux ainsi que des objets dégradés qui encombrent l’environnement et polluent la nature. Organisée par Pefaco hôtel Maya-Maya dans ses installations, l'activité va se dérouler pendant six semaines.

Alexandre Becher, directeur général de l'établissement hôtelier, a rappelé que c’est pour la deuxième année consécutive que le collectif Art Kintuadi est à l'honneur, à travers une soirée dédiée aux arts dans leurs pluridisciplinarités comme la peinture, la sculpture, le chant, la danse et l’écriture.

Art Kintuadi, a-t-il poursuivi, signifie « Ensemble ». Un collectif d’artistes plasticiens du Congo Brazzaville, fondé en 2012 par le trio Ed-Clodi-Spak dit Dyclo M’Bumba, plasticien, photographe, graffeur ; Gildas Mimbounou dit Gil2mib, plasticien, sérigraphe, désigner ; et Van’Cruz plasticien, rappeur. Il travaille les arts contemporains avec des matériaux de récupération trouvés bien souvent dans la rue, tels que du fil de fer, des journaux, du carton et toutes sortes d'objets transformés et façonnés pour arriver à un résultat que les spectateurs ont découvert au cours de cette soirée.

En effet, ces artistes usent des peintures colorées aux formes cubiques, de collages, d'empreintes, qui véhiculent des messages forts comme le questionnement sur l’environnement, le réchauffement climatique, l’extinction de milliers d’espèces animalières, la paix, la différence de l’autre et sa richesse, l’enfance, la femme.

Leurs sculptures représentent le continent et ses merveilles. Au sein de leur espace, il y a des artistes de qualité qui élaborent et réalisent des œuvres mais qui transmettent aussi un enseignement de valeurs comme l’instruction, la responsabilisation de la jeunesse, le respect de la dignité humaine ainsi que des lieux publics et de l’écosystème. C’est un lieu où les frontières culturelles et identitaires n’existent pas, où le partage, l’écoute et la bienveillance sont les maîtres mots, où l’amour est roi. C’est pour toutes ces raisons que, depuis plus d’un an, Alexandre Becher accompagne ces artistes aux multiples facettes et aux talents aiguisés en leur apportant un espace, une visibilité, une écoute voire des conseils. Des artistes qu’il remercie d’égayer le quotidien et de l'enrichir à travers leur regard, leur vision qui les éclairent chaque jour.

« Ce collectif comme les Ateliers Sahm ne peut survivre que par la vente de ses travaux. En achetant une œuvre ce soir ou dans les prochains jours, vous contribuez à l’amélioration de la vie quotidienne de beaucoup de Congolais et participez au développement des connaissances et des projets », a-t-il déclaré.

Le directeur général de Pefaco hôtel Maya-Maya a profité de cette occasion pour saluer le travail remarquable qu’accomplissent Michel Pré, Marie Audigier, Lamia Zanna, Barbara Pamou et tous les collaborateurs de l’Institut français du Congo (IFC) qui ne cessent de proposer des programmes de très grande qualité, à l’instar du récent Festival international des arts et du livre francophone qui a rassembé beaucoup d’écrivains internationaux aurour des tables rondes, ainsi que le Festival du film des femmes africaines. Il en est de même pour le mois de juin, qui s’annonce riche en couleurs et en tonalités musicales. Tout ceci redonne à l’IFC ses lettres de noblesse, a-t-il estimé.

Les membres du collectif ont, par la suite, présenté un merveilleux spectacle accompagné d’un Workshop et d’une performance (Body painting, danse contemporaine, percussion, etc.).

Bruno Okokana

Légendes et crédits photo : 

Photos 1, 2 et 3 : L’exposition des œuvres d’art Kintuadi au Pefaco hôtel Maya-Maya

Notification: 

Non