Vie associative : l’Acap envisage de diversifier ses partenariats dans le domaine agricole

Mercredi 19 Juin 2019 - 18:11

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le président de l’Association congolaise d’amitié entre les peuples (Acap), Vital Balla, a annoncé le 19 juin, à l’occasion de la clôture du 55e mois de l’amitié, couplée avec la célébration de la Journée nationale de l’amitié, l’arrivée prochaine d’une délégation russe au Congo.

Forte de ses quelque 4 973 cadres formés dans le domaine de l’agriculture, à travers le monde, l’Acap entend capitaliser cette expérience. En effet, cette ONG qui lutte contre la pauvreté a commémoré, du 23 mai au 19 juin, son 55e mois de l’amitié sur le thème « Donnons la priorité à l’agriculture pour sortir le pays de la dépendance alimentaire ».

« La Russie nous avait rendu un grand service à l’époque de l’Union soviétique où beaucoup de nos jeunes cadres actuels ont été formés. Il est question aussi qu’une délégation de la Russie nous visite surtout dans le cadre de l’agriculture. Ils nous ont demandé d’attendre encore, en nous préparant pour nous retrouver à Brazzaville », a annoncé Vital Balla, lors de la clôture de l’évènement au Centre culturel russe.

Le président de l’Acap a également souligné la nécessité de capitaliser l’expérience de leurs amis « Bamilékés », du Cameroun, qui ont mis, selon lui, l’accent du développement de leur pays dans la terre. Ces derniers, a-t-il expliqué, repartent souvent au village chaque week-end pour apporter de bonnes informations sur le travail de la terre à leurs parents. Ainsi, Vital Balla n’a pas écarté l’option d’organiser des échanges réciproques sur la promotion de l’Afrique centrale dans le domaine de l’agriculture lors du 56e mois de l’amitié en 2020, d’autant plus que les Camerounais ont déjà donné leur accord.

Notons que depuis quelques années, l’Acap lutte contre la pauvreté et son action majeure est tournée vers le travail de la terre, c’est-à-dire l’agriculture.  Le directeur du Centre culturel russe, Sergey Belyaev, s’est félicité, dans son mot de bienvenue, du thème central qui est d’une importance capitale. D’après lui, l’initiative du président de l’Acap devrait attirer l’attention de la société congolaise. Parlant de son pays, il a rappelé que l’Union soviétique était un grand importateur de blé pendant environ deux décennies. Mais, devenue Russie, le pays est maintenant le n°1 concernant l’exportation du blé sur les marchés internationaux. « Ce qui semble être paradoxal du fait que pendant des décennies, l’Union soviétique a été l’importatrice du blé des marchés internationaux. Cela démontre qu’on peut opérer des changements », a indiqué celui qui est également conseiller de l’ambassade de la Fédération de Russie en République du Congo.

Le Rwanda, un exemple à suivre

Sergey Belyaev a, par ailleurs, partagé son récent témoignage sur le Rwanda à l’Acap. Le diplomate russe a séjourné récemment dans ce pays et noté un grand succès concernant l’agriculture. Il a, entre autres, cité le développement des cultures traditionnelles comme les bananiers et les nouvelles telles que le riz importé de l’Asie et de l’Israël. « Bien sûr l’Etat a aidé avec l’irrigation, les semences et les connaissances qui étaient nécessaires… Pendant cinq ans, on a développé une nouvelle culture, c’est presque toute l’indépendance alimentaire que l’on peut observer dans ce pays qui n’a pas de ressources naturelles à l’exception d’un bon climat et les montagnes. Je pense que c’est un exemple qu’en Afrique on peut avoir des pays qui sortent des crises humanitaires, avec beaucoup de succès », a-t-il conclu, se disant ouvert pour une éventuelle coopération.

Rappelons que plusieurs activités ont été organisées dans le cadre du mois de l’amitié. Il s’est agi, par exemple, de la journée d’amitié et de solidarité avec le peuple vénézuélien sur le thème « Un ami est un second soi-même ; car l’amitié, la solidarité et la paix servent de fondement à tous progrès » ; les causeries-débats sur « Comment l’agriculture est-elle un facteur de base pour la croissance économique et le développement ? » ; « La vie, le temps, les antivaleurs composent un modèle pour la société ».

Parfait Wilfried Douniama

Légendes et crédits photo : 

1- Vital Balla entouré de Sergey Belyaev et de Rémi Massamba (président Acap Brazzaville) / Adiac 2- Les participants/Adiac

Notification: 

Non