Vie des partis : Digne Elvis Tsalissan Okombi dénonce les injustices

Samedi 9 Juin 2018 - 18:12

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le président de l’Union pour un mouvement populaire a indiqué, le 9 juin à Brazzaville, que sa formation politique subirait des persécutions de tout genre, de la part des autorités politico-administratives.

Digne Elvis Okombi Tshalissan s'exprimait à l'occasion du deuxième Conseil national ordinaire de son parti. Dans son mot liminaire fleuve, étalé sur dix-huit pages, le président national de l’UMP a commencé par rappeler aux participants venus de tous les départements du Congo les péripéties qui ont précédé la création de son parti, mais surtout les grandes étapes de son parcours depuis neuf ans d’existence dans un environnement démocratiquement concurrentiel.

Il a inscrit ce second Conseil national, qui se clôturera le 11 juin, dans la perspective de redynamiser et redéfinir l’action politique, en vue de bâtir un parti plus efficace et ambitieux, capable d’affronter avec optimisme les échéances à venir.

Fort de cette ambition, Digne Elvis Tsalissan Okombi a saisi la balle au bond pour déballer au grand jour les injustices supposées, que son parti subirait de la part des acteurs et responsables politiques. Il s’agit des inégalités liées surtout au manque de positionnement de sa formation politique dans certaines structures où elle devait être représentée, conformément à la loi.

« Pour avoir refusé l’esclavagisme, nous subissons des injustices. Pour preuve, depuis deux ans, le poste de troisième vice-président de la Cénei dévolu à notre parti est inoccupé », a indiqué Digne Elvis Tsalissan Okombi.

Réagissant à la situation économique actuelle, l’ancien ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé des Relations avec le parlement, s’est dit consterné par le détournement délibéré, par les responsables politico-administratifs, de l’argent de l’Etat.

« Alors que notre pays connaît une crise qui nous rappelle celle vécue la fin des années 1990, certains compatriotes exhibent une richesse, sortie de nulle part. Le monde de l’argent a pris le dessus sur nos valeurs communes. L’individualisme est devenu la règle, la collectivité l’exception. Notre pays dérive vers un monde d'hommes forts, au détriment d’une nation forte, protectrice de tous », a-t-il souligné.

Face à ces antivaleurs grandissantes, le président de l’UPM, par ailleurs député de Ngo, dans les Plateaux, réitérant son soutien au président de la République, s’est longuement interrogé sur l’existence de ce fléau.

« A partir de quel moment avions-nous décidé que la corruption, la concussion et la fraude seront des méthodes de gestion ; que le mensonge sera érigé en valeur ou que les Congolais devraient se mettre à genoux devant un pré carré ? », s’est-il questionné.

L’UMP, qui nourrit de grandes ambitions politiques à venir, a signé, à l’ouverture de ses assises, un accord avec quelques partis politiques de la place. Il est en train de réfléchir pour changer la dénomination de son parti. Dès que la décision sera prise, il s’appellera désormais ‘’Le Parti du peuple’’.

Firmin Oyé

Légendes et crédits photo : 

Digne Elvis Tsalissan Okombi délivrant son allocution/Photo Adiac

Notification: 

Non