Vie des partis : l’Upads entame la restructuration de ses organes intermédiaires

Mercredi 23 Janvier 2019 - 18:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le premier secrétaire de l'Union panafricaine pour la démocratie sociale (Upads), chef de l’opposition politique congolaise, Pascal Tsaty Mabiala, a mené, du 19 au 21 janvier, à Pointe-Noire, une série d’activités clôturée par une conférence de presse au cours de laquelle les questions sur la situation du pays ont aussi été abordées.

Dans la ville océane où la direction de l'Upads a décidé d'entamer sa restructuration, la coordination départementale ainsi que les sept comités fédéraux de ce parti (Emery-Patrice-Lumumba, Mvou-Mvou, Loandjili, Mongo Mpoukou, Tié-Tié 1, Tié-tié 2 et Ngoyo) ont été renouvelés. L’objectif, a indiqué Pascal Tsaty Mabiala, est de repartir avec des structures redynamisées.

Le premier secrétaire de l'Upads a aussi rencontré, le 19 janvier, à leur siège situé au quartier OCH, dans l'arrondissement I Emery-Patrice-Lumumba, les membres du conseil national de ce parti présents à Pointe-Noire ainsi que ses sages et notables. Les échanges au cours des deux rencontres ont porté sur le fonctionnement et la situation du parti. «Nous avons discuté en camarades pour dissiper un certain nombre de malentendus parce que, depuis la fin de l’élection présidentielle, il s’est installé une incompréhension entre les décisions prises par la direction et quelques responsables du parti. Il était bon et opportun qu’avec ces camarades, nous ayons un débat franc et ouvert pour que ce climat délétère ne s’installe pas dans le parti», a expliqué Pascal Tsaty Mabiala.

Ces échanges ont permis de briser le silence qui régnait depuis un certain temps entre le sommet et la base de l’Upads et aussi de repréciser les choses et donner des orientations. Son premier secrétaire a précisé : Nous avons besoin de la base parce que c’est notre force. On ne veut pas se couper de cette force énergétique qu’elle constitue. Mais elle aussi ne doit pas se couper de cette lumière que nous constituons, nous, les dirigeants. On est comme le phare qui éclaire».

Les rencontres ont été suivies d’une assemblée générale qui a eu lieu le 20 janvier, au cours de laquelle les responsables des nouvelles structures départementales ont été intronisés. Des promesses ont été faites comme l’a confié Pascal Tsaty Mabiala: «Nous avons pris l’engagement devant les militants de venir plus souvent à Pointe-Noire, c’est le reproche qui nous a été fait et de la considérer  comme un des bastions de notre parti».

La descente de la direction de cette formation politique a été clôturée, le 21 janvier, par une conférence de presse en vue de faire le point des différentes activités menées à Pointe-Noire. D’autres aspects ont aussi été abordés comme ceux relatifs au budget et au fonctionnement de l’Upads qui ne vit que de ses neuf parlementaires, le parti ne recevant plus la subvention de douze millions de l’Etat depuis 2014, selon Pascal Tsaty Mabiala qui a lancé : « De même qu’on finance l’économie, le Congo doit financer la démocratie. Sinon on aura qu’un parti unique ».

La question des relations avec les autres partis de l’opposition a aussi été évoquée. «Leur refus de reconnaître la Constitution actuelle est la véritable raison du manque d’entente dans l’opposition. En tant que républicains, nous reconnaissons les institutions actuelles mais nous restons dans l’opposition et nous nous opposons quand il le faut. À eux d’évoluer», a dit le premier secrétaire. Pour ce qui est de la gouvernance électorale, il a estimé que cela devrait se faire par le biais d’une commission électorale indépendante. Pascal Tsaty Mabiala a aussi souhaité un nouveau corps électoral car, d’après lui, «celui des dernières élections est faux».

Indiquant qu’il faut de nouveaux comportements et habitudes pour sortir de la crise, il a estimé qu’il est possible pour le pays de signer avec le Fonds monétaire international s’il remplit les conditions exigées et qu’il faut une véritable guérilla pour barrer la route à la corruption et dénicher les «gros poissons». Pour les hommes politiques en prison, il a suggéré que des mesures d’amnistie ou de remise de peine soient accordées.  En outre, Pascal Tsaty Mabiala a informé de la poursuite de la structuration du parti dans les autres départements du pays. «Pointe-Noire, c’est le commencement. Ces descentes ne sont pas seulement pour la mise en place des structures mais aussi pour rassembler la grande famille de l’Upads éparpillée et écouter les militants dans la discipline. Nous voulons que le parti de Pascal Lissouba reprenne les couleurs qui étaient les siennes», a-t-il conclu.  

Lucie Prisca Condhet N’Zinga

Légendes et crédits photo : 

1-Pascl Tsaty Mabiala, lors de la conférence de presse/ Adiac 2-Une vue de la direction de l'Upads / Adiac

Notification: 

Non