Vient de paraître : "Le secteur zéro de l’économie " de Serges Ikiemi

Mardi 2 Juillet 2019 - 14:51

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L'ouvrage paru en juin dernier, aux Editions universitaires européennes, est une thèse complémentaire à la théorie économique classique qui ne reconnaît que trois secteurs : primaire, secondaire et tertiaire. 

L’économiste Serges Ikiemi a ajouté aux trois secteurs un quatrième qu’il dénomme le savoir, complétant ainsi l’économiste écossais, Colin Clark, qui eut l’idée de définir les trois secteurs de la vie économique.

 Selon l’auteur congolais, le tout premier pouvoir que doit rechercher un homme ou un pays qui aspire à de grandes ambitions est le savoir, entendu comme racine et sève nourrissante du développement économique.

Pour développer un pays, soutient-il, il est nécessaire sinon obligatoire de commencer par consacrer des investissements colossaux dans les domaines de l’éduction, de la formation et de la transmission des technologies de l’information et de la communication.

Le savoir, dit-il, est la base, la fondation et le ciment du développement économique d’un Etat. « L’élite, l’intelligentsia, les leaders sont ainsi interpellés pour relever le challenge du développement économique. Les gouvernants doivent tenir compte des points de vue des intellectuels dans l’élaboration et l’exécution des programmes de développement », explique Serges Ikiemi dans l’avant-propos de son ouvrage.

                                                                                  Pourquoi ce livre ?

Cette question, pense l’auteur, peut être posée en ces termes : quel est l’intérêt de cet ouvrage ? En effet, poursuit-il en quatrième de couverture, la lutte contre la pauvreté, le sous-développement économique demeurent de nos jours des goulots d’étranglement et restent au cœur des défis majeurs à relever par les économistes, les gouvernants et les institutions internationales de développement.

Pour Serges Ikiemi, il n’y a de développement économique que dans les conditions d’un développement mental. C’est un débat pour l’éveil des consciences auquel il invite les intellectuels, les gouvernants et autres acteurs sociaux.

L’auteur estime qu’il est nécessaire pour l’Afrique en général et pour le Congo en particulier de lutter pour renverser la tendance en augmentant le taux d’alphabétisation. Les deux tiers de la population africaine, écrit-il, sont gangrenés par l’illettrisme.  Outre ce facteur, argumente-t-il, le système éducatif légué par le colonisateur n’ayant pas fourni des résultats escomptés, l’Afrique doit le révolutionner en instaurant une démarche éducative mieux adaptée aux besoins de l’adéquation formation-emploi et à ceux du développement mental et l’économie du savoir.

A travers cet ouvrage, l’auteur soulève une problématique innovante et inédite : le quatrième secteur économique, le secteur zéro. Le débat est ainsi ouvert et il attend des contributions pour l’enrichissement de cette thèse.

Notons que Serges Ikiemi est docteur en sciences économiques, enseignant-chercheur à l'Université Marien-Ngouabi de Brazzaville.  Il anime depuis 2010 le Cercle de réflexion « Le Café du savoir ». Il est auteur de plusieurs livres et articles dans divers domaines.                                                                                 

 

 

 

 

 

    

 

Roger Ngombé

Légendes et crédits photo : 

La couverture de l'ouvrage

Notification: 

Non