Opinion

  • Éditorial

Vivre ensemble

Vendredi 30 Novembre 2018 - 11:07

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Que le Congo, notre Congo, ouvre une nouvelle page de son Histoire est à tous égards évident. Profondément marqué tout à la fois par les troubles qui ont résulté de l'effondrement brutal des cours du pétrole sur les marchés mondiaux et par la flambée de violence qui a de nouveau meurtri une partie du département du Pool, il a manifestement pris la mesure des réformes de toute nature qu'il va devoir concrétiser s'il veut poursuivre sereinement sur la voie du développement durable qu'il a empruntée au sortir des guerres civiles de la fin du siècle précédent.

Moderniser la gouvernance publique, mettre en valeur les différents territoires du pays, diversifier l'économie nationale, former les nouvelles générations aux nouvelles technologies afin que chaque citoyen ou citoyenne puisse vivre confortablement, achever la construction des grandes infrastructures sur lesquelles repose la société moderne, protéger la nature qui nous entoure contre les dégradations de toutes sortes qui la menacent et surtout apprendre à vivre ensemble mieux que nous ne l'avons fait jusqu'à présent: tels sont les axes de la politique globale qui marquera les années à venir.

Des axes qui ont été rappelés avec force et émotion lors de la cérémonie du 28 novembre, à Brazzaville, par le vice-Premier ministre, Firmin Ayessa, après qu'une toute petite fille est venue remettre au président Denis Sassou N’Guesso, visiblement ému,  une lettre écrite par son parent qui dit avec humour sa foi dans l'avenir. Un geste symbolique qui a d'autant plus marqué les esprits qu'il fut suivi par la remise de décorations à des femmes et à des hommes qui ont prouvé de différentes façons leur attachement envers leur pays.

Même si rien n'est encore véritablement joué aujourd'hui dans la relance de notre pays, la volonté d'écrire une nouvelle page de son Histoire a été marquée avec force ce 28 novembre 2018. Il revient donc à chacun de nous, à la place qu'il occupe dans la société, de faire en sorte que l'appel au "vivre  ensemble" lancé mercredi sur la Place de la République, à Brazzaville, soit entendu chez nous partout et par tout le monde. Alors, en effet, les mauvais souvenirs du passé s'effaceront et le futur s'éclairera pour chacun de nous comme la promesse en a été faite en ce jour très symbolique.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 18/12/2018 | Confiance
▶ 15/12/2018 | Retour
▶ 13/12/2018 | Réconciliation
▶ 13/12/2018 | Cadeaux
▶ 13/12/2018 | Dix jours
▶ 12/12/2018 | Routes
▶ 11/12/2018 | Intégration
▶ 9/12/2018 | Hygiène
▶ 7/12/2018 | Moeurs
▶ 7/12/2018 | Liste