Voir ou revoir : " Les femmes du bus 678"

Vendredi 15 Mars 2019 - 12:11

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le long-métrage du réalisateur Mohamed Diab est un film choc et de revolte qui aborde la douloureuse réalité du harcèlement sexuel des femmes en Egypte, dans des conditions les plus quotidiennes.

Réalisé en arabe et sous-titré en français, le film s’ouvre sur des scènes sadiques de jeunes hommes obsédés de sexe. La femme étant considérée comme un objet pour satisfaire leurs envies.

Attouchements, humiliations, brutalités, au Caire, notamment dans les bus ou les rues, le harcèlement sexuel est un cauchemar habituel que les moins-jeunes, jeunes, voire adultes subissent en silence.  Voilée ou sexy : la femme est une proie de cet incivisme.

Toutes les fois où elle est censée monter dans le bus 678, au Caire, Fayza, une modeste fonctionnaire et mère de famille traditionaliste qui porte le voile, est certaine d'être harcelée. De son côté, Nelly, jeune fille moderne, échappe de justesse à un automobiliste indécent. Quant à Seba, une intellectuelle insurgée, elle échappe à un viol collectif, à la suite d’un match de football, alors que son époux n’était pas loin. Récits parallèles montrés à l’arrachée comme des flashs amers que ces jeunes femmes se remémorent. 

A cet effet, face à des incidents qui détruisent le quotidien de chaque femme qui emprunte le bus 678, Fayza, Seba et Nelly, ces trois femmes d’environnements et de caractères opposés, s’allient pour lutter contre la misogynie dégradante et impunie qui sévit en Egypte.

Sans nul doute, quelle réplique peuvent donner ces trois femmes face à cette barbarie ?  Fayza, la moins instruite et la plus modeste, décide de rendre coup pour coup par une forme de violence, presque terroriste. Seba et Nelly tentent de la soutenir et de la protéger un temps, mais finissent par trouver des solutions plus pacifistes et des voies plus organisées telles que le recours à la justice.

Les trois femmes se soutiennent et appliquent la même conduite punitive dans les bus. Décidées, elles vont désormais rabaisser ceux qui les rabaissaient. Devant l’ampleur du mouvement, le redoutable inspecteur Essam mène l’enquête et cherche à savoir qui sont ces femmes singulières qui bousculent avec force une société égyptienne fondée sur la supériorité de l’homme.

Sorti en Egypte en 2010, ce film dure environ 1h 40 mn. Dans ce pays, il a donné lieu à de nombreux procès réussis. Aussi, il a remporté le prix du public et celui du jeune public lors de la 34e édition du Festival international du cinéma méditerranéen de Montpellier.

 

Merveille Jessica Atipo

Légendes et crédits photo : 

L'affiche du film

Notification: 

Non