Opinion

  • Le fait du jour

A vous de jouer !

Samedi 16 Juin 2018 - 16:39

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


De la Russie et des quatre coins du monde, la fête du foot fera de son mois qui court du 14 juin au 15 juillet celui de toutes les émotions. En fonction des préférences pour l’une ou l’autre équipe, pour l’une ou l’autre vedette à l’œuvre sur le terrain, des gens crieront leur joie et aussi leur déception. Très souvent à haute voix ! Petits et grands écrans mobiliseront tous les regards alors que les parieurs de la place de Brazzaville inonderont les « ciné-foot », ces salles de jeu souvent fréquentées par les jeunes, pour tenter de se faire un peu d’argent.

En dehors, en effet, d’une habituée du rendez-vous comme l’Italie -quatre titres au compteur - absente cette fois, « Russia 2018 » a réuni l’essentiel des nations qui dominent le sport roi : Brésil, Allemagne, Uruguay, Argentine, Angleterre, France, Espagne, pays récipiendaires du trophée convoité sont en course avec vingt-cinq autres sélections parmi lesquelles cinq représentants africains. L'Egypte, le Maroc, le Nigeria, le Sénégal, la Tunisie sont, comme bien d'autres sélections du continent, aux trousses du prestigieux butin depuis la première participation africaine, à travers l’Egypte, il y a quatre-vingt-quatre ans. Des prières qui s’élèvent d’ici en direction du pays de Poutine et des Tsars, afin que l’Afrique donne le meilleur d’elle-même et ne quitte pas les stades sans avancer plus loin dans la bataille pour le titre vont-elles être entendues par les dieux du football? Le premier tour préliminaire parait laborieux au regard des résulats, mais espérons que la donne changera pour nos ambassadeurs.

Ce qui est magique dans cette compétition est son influence grandissante au sein de toutes les sphères de la société. Elle modifie les calendriers des autres grands rendez-vous. On imagine en effet que si l’historique rencontre Trump-Kim du 12 juin à Singapour avait eu lieu le jour de l’ouverture de la Coupe du monde, leur poignée de main, historique elle aussi, n’aurait pas passé quarante-huit heures sur les écrans des télévisions. Même le G-7, tenu la veille, malgré la part de prestige qu’il confère aux dirigeants des Etats qui le composent et qui leur donnent l’impression de planer sur le toit du monde, aurait été médiatiquement biaisé. L’autre sommet « alternatif » qui réunissait la Chine, la Russie, l’Inde, l’Iran, puissances opposées à la mue hégémonique des premiers, serait aussi moyennement regardé et commenté.

En passant du football de haut niveau à la diplomatie des "Grands", le prétexte est de montrer qu’en fait, tout dans la vie des nations est lié. Bien entendu, les chefs d’Etat dont les sélections nationales se trouvent en Russie pour ce grand événement sportif de l’année se sentent honorés au plus haut point. La veille des départs pour le pays d’accueil a été par exemple marquée en France par une visite puis une adresse du président Emmanuel Macron aux Bleus. Il faut qu’ils soient disciplinés et défendent le drapeau tricolore, leur disait-il. A son tour, le président nigérian, Muhammadu Buhari, invitait les Super Eagles, à faire de leur jeune-âge un atout et non pas un handicap.

Il est pour l’instant loin du dénouement pour deviner si l’Allemagne, tenante du titre, le rendra à plus fort qu’elle ou le gardera en glanant sa cinquième victoire de l'histoire. Mais on imagine que le Onze qui l’emportera au bout de la rude épreuve sportive lancée jeudi rendra heureux son peuple, son pays et ses plus hauts dirigeants. Si en plus les vainqueurs viennent d’un pays qui connaît quelques problèmes internes, comme c’est le cas pour la plupart des Etats du monde aujourd’hui, la célébration du trophée aura quelques effets thérapeutiques sur des humeurs douloureuses. Ceci pour dire qu’investir dans le sport de haut niveau, c’est investir dans les jeunes et cela peut apporter la guérison aux maux qui minent le quotidien.

Bonne Coupe du monde à tous !

Gankama N'Siah

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Le fait du jour : les derniers articles
▶ 27/10/2018 | Huis clos
▶ 12/11/2018 | Palais du peuple
▶ 5/11/2018 | Ecrire comme Henri Lopes?
▶ 29/10/2018 | A New York l'autre jour
▶ 15/10/2018 | Le monde tel qu'il va
▶ 8/10/2018 | Une place pour trente-six