International


International
Jeudi 13 Novembre 2014 - 9:30

Pour la première fois dans l’histoire de la Francophonie institutionnelle, un sommet de chefs d’État et de gouvernement abordera la question des femmes. Le XVe sommet de la Francophonie à Dakar les 29 et 30 novembre aura pour thème « Femmes et jeunes : vecteurs de paix, acteurs de développement » dans un contexte où se négocie ardemment aux Nations unies le programme mondial de développement pour l’après-2015

Ces dernières années, et plus particulièrement de 2010 à 2014, l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) a déployé des efforts sans précédent en faveur de l’égalité femme-homme, des droits et de l’autonomisation des femmes. De grands événements tels que la concertation des ministres francophones en marge de la commission de la condition féminine du Conseil économique et social des Nations unies, ou encore la mobilisation de la ... Lire la suite


International
Jeudi 13 Novembre 2014 - 9:30

Dans les projections, l’Afrique apparaît comme le réservoir du futur de la langue française. Réalité complexe, mais bien portée par les contextes et les générations

Dans le foisonnement des anecdotes qui ponctuent le premier contact du Congolais avec la France – en France –, il en est une qui ne manque pas de saveur. C’est quand, au détour d’une conversation, on se voit interrogé par des personnes souvent très bien intentionnées : « Au fait, comment dites-vous bonjour en africain ? » La réponse peut puiser dans l’embarras ou dans la dérision caustique. Il n’y a pas à véritablement parler de déclinaison linguistique africaine unique d’un concept ou d’une formule qui ressemblerait au bonjour dont un Québécois userait pour engager les civilités avec un Wallon, un Suisse ou un Luxembourgeois. Le plus étonnant est que cela étonne. L’Afrique, ... Lire la suite


International
Jeudi 13 Novembre 2014 - 13:30

Excepté la République centrafricaine, tous les pays membres de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (Cémac) sont producteurs de pétrole et connaissent un excès de liquidités qui nuit à leur politique monétaire.

Responsable d’une mission du Fonds monétaire international (FMI) auprès de la Cémac et du Cameroun, Mario Zamaroczy pense que « l'excès de liquidités devrait être réduit pour renforcer les canaux de transmission de la politique monétaire ». Le FMI note que les banques commerciales et les établissements de microfinance de la Cémac sont en surliquidité, alors que l’activité économique est sous financée. Il fait remarquer que « les banques ne prêtent pas assez parce qu'elles n'ont pas un système de garantie suffisamment efficace pour octroyer des crédits » et préconise de « réformer le cadre régional de ... Lire la suite


International
Jeudi 13 Novembre 2014 - 11:00

« Les obsèques de Marie-Josée Mathey  auront lieu le mardi 18 novembre, de 11 h à 12h, dans la région parisienne au funérarium des Batignolles de Clichy. La cérémonie religieuse sera célébrée, de 13 h à 14 h 30, en l’église Sainte Mathilde de Puteaux, suivie de l’inhumation à 15 h 30, au cimetière de la ville, est-il indiqué dans l’avis de décès publié par la famille.

Après le cimetière, la famille Mathey  offrira un moment de partage fraternel, à la salle Jenny (studio Jenny),  au 1, avenue Jenny à Nanterre.


International
Mercredi 12 Novembre 2014 - 20:00

L’ambassadeur des Etats-Unis au Burkina Faso, Tulinabo Mushin, a déclaré le mercredi 12 novembre dans la capitale burkinabé que son pays ne comptait pas pour l’instant engager des sanctions à l’encontre du Burkina Faso, même si le lieutenant-colonel Isaac Zida ne veut pas céder le pouvoir aux civils.

« Les Etats-Unis n’envisagent pas, pour l’instant, de sanction à l’encontre du Burkina Faso, gouverné par des militaires après la démission de Blaise Compaoré, le 31 octobre dernier, à la suite d’une forte pression de la rue contre le projet de changement de l’article 37 de la Constitution », a déclaré le diplomate. Tulinabo Mushin a donné la position officielle de Washington sur la crise au Burkina Faso après avoir rencontré le chef de transition, le lieutenant-colonel Isaac Zida.

« Il est trop tôt de parler de sanctions. Nous, nous sommes là, ... Lire la suite


International
Jeudi 13 Novembre 2014 - 12:30

La question de l’image des universités africaines a fait l’objet d’un débat au début du mois de novembre dans le cadre de la Conférence économique africaine (CEA)

Intitulé « les universités africaines, vecteurs d’innovation et du développement », une table ronde a permis à l’économiste en chef et vice-président par intérim de la Banque africaine de développement (BAD), Steve Kayizzi-Mugerwa,  d’appeler les gouvernements africains à tirer parti de l’intérêt croissant pour l’enseignement supérieur, en investissant les normes internationales pour les universités.

« Dans certains pays d’Afrique, des établissements qui ont le nom d’université suscitent un intérêt croissant », a-t-il relevé. Dans certains pays que je ne mentionnerai pas, j’ai trouvé une dizaine d’établissements auxquels le mot « université » était accolé. Ces ... Lire la suite


International
Mercredi 12 Novembre 2014 - 19:00

Les forces vives de la nation, partis politiques, société civile, leaders religieux et traditionnels sont depuis en concertation en vue d’examiner les amendements de l’armée sur le projet de charte de la transition.

 « Parmi nos propositions, on a demandé que le Conseil national de transition, organe législatif, soit présidé par un militaire et comprenne aussi des militaires », a révélé un gradé burkinabè.

Mardi, l’homme fort du Burkina Faso, le lieutenant-colonel Isaac Zida, avait averti les médiateurs de la  Cédéao, le président sénégalais Macky Sall et son homologue togolais, Faure Gnassingbé que l’armée comptait apporter des amendements à la charte constitutionnelle édictée par les forces vives.

Cette annonce avait conduit les médiateurs de la Cédéao qui séjournent à Ouagadougou à entamer une série de consultations avec l’opposition, la ... Lire la suite


International
Mercredi 12 Novembre 2014 - 18:00

S’il est aujourd’hui une certitude, c’est que l’Afrique incarne pour la Francophonie à la fois son passé, son présent et son avenir. La Francophonie est née en Afrique ; une Francophonie sans l’Afrique, c’est-à-dire privée de sa base, serait sans avenir aucun

Albert LourdeIl est donc naturel que, de longtemps, la Francophonie se soit intéressée particulièrement à l’Afrique, en décidant notamment, lors du sommet de Dakar, en 1989, de créer une université internationale de langue française au service du développement africain qui porterait le nom de Léopold Sédar Senghor, chef d’État sénégalais, immense poète et homme de culture qui, il y un demi-siècle, a pensé tous les grands thèmes qui sont aujourd’hui discutés et prônés dans le monde francophone : démocratie, État de droit, promotion de la femme, diversité culturelle, dialogue de civilisations.

Le ... Lire la suite


International
Mercredi 12 Novembre 2014 - 17:30

À l'occasion du XVe sommet de la Francophonie qui se tiendra à Dakar les 29 et 30 novembre sur le thème « Femmes et jeunes en Francophonie : vecteurs de paix, acteurs de développement », Adiac-Les Dépêches de Brazzaville lui consacre un numéro spécial axé sur le thème directeur « L'Afrique, avenir de La Francophonie ». Ce numéro spécial paraîtra pendant le sommet.

Un numéro optimiste, culturel, qui s'appuie sur les valeurs de la Francophonie en insistant sur l'humain à travers des portraits, analyses ou interviews d'hommes et de femmes, de jeunes, de mouvements (littéraires, politiques, économiques, sociaux, religieux, sportifs...), de think-tanks, etc., ainsi qu’avec de nombreuses pages de débats et d'opinion écrites par d'éminentes personnalités africaines.


International
Mercredi 12 Novembre 2014 - 17:45

Le groupe de contact international (GCI) qui s’est réuni le 11 novembre, à Bangui a approuvé le nouveau calendrier proposé par l’Autorité nationale des élections qui prévoit l’organisation des scrutins en juin et juillet 2015 pour le premier et le second tour.

Mais avant les élections le GIC a souhaité que les Centrafricains se retrouvent d’abord en janvier 2015 à Bangui pour le grand forum politique de réconciliation nationale, auquel il a appelé toutes les parties prenantes à la crise en RCA à y participer. La réunion sera consacrée aussi à la question des futures institutions politiques du pays.

« Compte tenu du retard qui a été accumulé depuis le Forum de Brazzaville et les événements d’octobre, tout le monde s'est rendu compte qu’il ne sera peut-être pas possible de tenir ces élections comme prévu en février prochain », a estimé Abdoulaye ... Lire la suite

Pages