Politique


Politique
Mercredi 7 Janvier 2015 - 17:15

En marge de la cérémonie de vœux adressés au président de la République, des hommes politiques de toutes obédiences, excepté l’opposition congolaise, ont  donné leur point de vue, le 7 janvier à Brazzaville, sur la question du dialogue ; d’autres, par contre, ont engagé leur parti sur l’épineuse question de la Constitution.

En réaction au message du chef de l’Etat du 31 décembre dernier, quelques représentants des partis politiques se sont exprimés sur les enjeux à venir, qui marqueront la vie politique congolaise. Le débat, lancé avant même que le président dans son adresse à la nation se prononce pour le dialogue, l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (Upads) se montre favorable au dialogue politique à condition que le débat sur la Constitution ne soit pas à l’ordre du jour. L’opposition radicale, quant à elle, met à la marge ... Lire la suite


Politique
Mercredi 7 Janvier 2015 - 17:45

La nouvelle secrétaire générale du Mouvement de libération du Congo (MLC) contredit, par ce geste, les allégations de ceux qui continuent à s’opposer à sa nomination.

Les documents présentés le 6 décembre par la députée Eve Bazaïba portent la signature du président du Mouvement de la libération du Congo (MLC), Jean-Pierre Bemba, ainsi que la mention du complexe pénitentiaire de La Haye. Ces documents la désignent à ce poste de secrétaire général querellé depuis décembre.

La nouvelle secrétaire générale du MLC a ainsi réagi à des accusations selon lesquelles elle ne disposait d’aucun document légal la nommant à ce poste et qui continuent à reconnaître un autre député, Thomas Luhaka, devenu depuis décembre vice-Premier ministre et ministre en chargé des Postes, Téléphones et Nouvelles technologies de la communication.

La députée Bazaïba a ... Lire la suite


Politique
Mercredi 7 Janvier 2015 - 14:15

Les présidents des pays d'Afrique australe doivent se rencontrer les 15 et 16 janvier à Luanda pour décider des suites à donner au problème posé par l'absence de progrès dans le désarmement des FDLR.

Depuis l’expiration le 2 janvier de l’ultimatum lancé par les États de la région des Grands lacs aux combattants des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) pour déposer les armes, force est de constater que l’objectif n’a pas été atteint. Seuls environ 350 rebelles hutus rwandais ont, en effet, déposé les armes sur un effectif de plus d’un millier d’unités que compose cette force rebelle.  Depuis juin que cette action a débuté, il n’y a pas eu un nombre significatif de redditions supplémentaires, a constaté la Monusco qui s’attelle maintenant à engager des opérations militaires de concert avec les Fardc. D’après le porte-parole de ... Lire la suite


Politique
Mercredi 7 Janvier 2015 - 14:07

Ces personnalités ont été arrêtées  le 6 janvier pendant qu’elles distribuaient à la population des invitations à un  meeting prévu pour le 11 janvier à l’ouest de Kinshasa.

Plus les échéances électorales se rapprochent, plus la scène politique congolaise devient agitée. Chaque jour qui passe est toujours porteur de nouveaux faits politiques, les uns aussi inaccoutumés que les autres. Le dernier en date est celui de l’interpellation d’une dizaine d’opposants représentant des partis d’opposition au quartier Kingasani dans la commune de Kimbanseke. D’après la Voix des sans-voix (VSV) qui est parmi les premières ONG à informer l’opinion sur ce qu’elle qualifie d’enlèvement, ces personnalités de l’opposition auraient été arrêtées en pleine journée et jetées à bord d’une jeep de la Police nationale congolaise alors qu’elles ... Lire la suite


Politique
Mercredi 7 Janvier 2015 - 14:15

Malgré la persistance des rébellions dans l'Est, le secrétaire général de l'ONU veut priver cette force d'environ 10 % de ses effectifs.

Le processus de réduction  des effectifs de la Monusco vient d’être relancé à la faveur d’un rapport transmis au Conseil de sécurité dans la perspective du renouvellement du mandat de la Mission onusienne en mars 2015. Là-dessus, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki Moon, est monté le 6 janvier au créneau pour insister sur le caractère salutaire de la réduction des effectifs de la force onusienne déployée en RDC à hauteur de 10%. Il est donc recommandé à la Monusco, selon l’esprit de sa requête, de se priver du service de 2000 hommes. D’après le secrétaire général de l’ONU, son projet vise à rendre la force onusienne « plus efficace dans l'accomplissement de son mandat » avec un effectif réduit ... Lire la suite


Politique
Mardi 6 Janvier 2015 - 17:15

Le président des Forces novatrices pour l’unité et la solidarité (Fonus) regrette de ne plus se retrouver dans les différentes articulations de la mise en œuvre de ces décisions prises lors des travaux tenues en novembre 2013 à Kinshasa et annonce le désengagement de son parti politique.

Dans une lettre adressée aux co-présidents du Comité de suivi des résolutions des Concertations nationales, le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, celui du Sénat, Léon Kengo, Joseph Olenghankoy, qui saisit également le président de la République, dénonce les « discriminations politiques » dont son parti et d’autres de l’opposition seraient victimes alors qu’ils avaient librement accepté de participer aux Concertations nationales, à la recherche de la cohésion nationale.

Olenghankoy dénonce notamment une amnistie sélective. Cependant, à l’issue de ... Lire la suite


Politique
Mardi 6 Janvier 2015 - 16:30

Jean François Obembé est décédé le 1er janvier à Brazzaville à l’âge de 68 ans.  Il était détenteur d’un doctorat en sciences politiques, d’une licence en mathématiques et d’un diplôme d’études supérieures en sociologie. L’illustre disparu a été formateur à l’Ecole nationale d’administration et de la magistrature de l’université Marien Ngouabi de Brazzaville jusqu’en 2002.

Homme politique, il a dirigé le département de l’éducation et de l’information du Parti congolais du travail(PCT) avec rang de ministre d’Etat. Il a été directeur de l’Ecole supérieure de ce parti. Jean François Obembé a été ambassadeur et vice-président de l’Assemblée nationale du Congo.

Il a été également directeur de cabinet du secrétaire général de la communauté économique des Etats de l’Afrique centrale. L’illustre disparu a bénéficié de ... Lire la suite


Politique
Mardi 6 Janvier 2015 - 16:45

Lors de sa dernière rencontre avec les notables du Katanga, le chef de l’État, Joseph Kabila,  a indiqué avoir assez de la « distraction » induite par ceux qui s'obstinent à ne parler que de l'élection présidentielle de 2016 alors que l’heure est plutôt au travail pour l'instant.

De nombreux Congolais ont attendu que Joseph Kabila se prononce ouvertement sur sa participation ou non à la présidentielle de 2016 lors de son entretien avec les notables du Katanga le 5 janvier à Lubumbashi. Une nouvelle fois, leurs attentes étaient loin d’être comblées, le chef de l’État étant resté évasif sur cette question. « (…) et si Jésus revenait avant 2016 qu’allez-vous faire? », s’est plutôt interrogé avec une dose d'humour Joseph Kabila devant ses interlocuteurs comme pour minimiser la portée de la controverse suscitée autour de son troisième mandat.

... Lire la suite


Politique
Mardi 6 Janvier 2015 - 15:15

Recevant le 5 janvier les notabilités du Katanga, Joseph Kabila s’en est pris vertement à ceux qui veulent provoquer des bains de sang dans la province cuprifère en créant des milices.

Rien de significatif n’est sorti de la rencontre que le chef de l’État avait eue lundi dans sa ferme de Kashamata, à une dizaine de kilomètres au sud de Lubumbashi, avec des personnalités politiques et des membres de la société civile, originaires du Katanga. Aucune conclusion majeure n’a été obtenue sur les divergences qui opposent les fils du Katanga sur des questions d’intérêt national. La réunion a finalement donné lieu à une adresse de Joseph Kabila à ses hôtes, sans débat. Ce dernier en a profité pour fixer les esprits sur des matières touchant à la vie politique immédiate du pays. En l’absence de deux grands poids lourds de la scène politique katangaise, en ... Lire la suite


Politique
Lundi 5 Janvier 2015 - 17:45

Le charismatique Katumbi y est remplacé par le député national Louis Thole.

L’étau semble de plus en plus se resserrer autour de Moïse Katumbi dont les dernières déclarations faites dans la foulée de son retour à Lubumbashi continuent de faire jaser dans l’opinion. La métaphore footballistique des faux penalties dont le troisième emmènerait les supporters à envahir l’aire de jeu a été très mal perçue dans le camp présidentiel où tout serait mis en branle pour l’éjecter du gouvernorat du Katanga. C’est ce que révèlent plusieurs sources concordantes. La machine, argue-t-on, serait déjà mise en marche. Le premier acte de cette stratégie vient de se réaliser avec l’éviction de l’incriminé de son poste de président de l’Interfédéral du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), le parti présidentiel. C’est le député ... Lire la suite

Pages