Habitude alimentaire : les feuilles de gnetum africanum, un véritable patrimoine culinaire

Vendredi 21 Septembre 2018 - 19:17

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Quasiment absent des manuels gastronomiques, le légume traditionnel n’en est pas moins resté présent dans la cuisine congolaise, tant pour ses valeurs gustatives que nutritives.

C’est surtout pour sa valeur nutritive qu’on apprécie énormément le gnetum africanum. Au Congo, il est consommé haché finement, ajouté dans des soupes de gombo, de pâte d’arachide ou de noix de palme. Il peut aussi se consommer comme agrément. Le gnetum constitue une source importante de protéines, d’acides aminés et de minéraux.

Longtemps marginalisé, le genre gnetum est le seul de la famille des gnetaceae. Communément appelé en lingala « koko » ou en Kituba « mfumbua », le gnetum africanum  est également connu sous les noms d’okok ou eru dans la gastronomie camerounaise.

Au Congo, le gnetum sert également au pansement contre les verrues ainsi que les furoncles et les boutures sont à la base de tisanes soulageant des douleurs liées à l’accouchement. Selon certains nutritionnistes, les tisanes à base de feuilles de gnetum peuvent aussi servir dans la perte de poids.

Ce légume à feuillage persistant et toujours vert a été longtemps connu et surtout cultivé par la population rurale. En vue de répondre aux demandes des grandes villes, le Congo en importe aussi, notamment du Cameroun.

Sa zone géographique de répartition s’étend du Nigeria au Congo en passant par le Cameroun, la République centrafricaine, le Gabon, la République démocratique du Congo et l'Angola . Légume vert à haute valeur nutritive se trouvant en Afrique centrale, le gnetum africanum  fait l’objet du commerce transfrontalier considérable et revêt une grande importance pour de nombreuses communautés forestières.

Merveille Atipo

Légendes et crédits photo : 

Photo:Les feuilles de koko

Notification: 

Non