Style et Art de vivre


Style et Art de vivre
Jeudi 18 Juillet 2019 - 21:38

Brazzaville honore toujours l’homme qui l’a élevée à la dignité de « Capitale de la France libre », le général de Gaulle. Le buste du libérateur des Français pendant la Seconde Guerre mondiale balise, dans l’arrondissement 2 Bacongo, l’entrée principale de la bâtisse qui porte son nom, la Case de Gaulle, résidence officielle de l’ambassadeur de France au Congo.

Devant l’édifice bientôt octogénaire se dresse un monument en pierre, haut de près de dix mètres (?) classé au patrimoine de la ville, qui célèbre Pierre Savorgnan de Brazza et ses compagnons. Longtemps laissé à l’abandon, le jardin public de la place a repris vie à la faveur du bitumage de la Corniche. Les week-ends, jeunes et enfants de tous âges y passent des heures à se récréer, au grand bonheur des parents qui les y accompagnent. Qui a dit que la paix n’est pas source ... Lire la suite


Style et Art de vivre
Jeudi 11 Juillet 2019 - 23:00

Comme si Brazzaville avait à cœur de solder le contentieux de la décennie des guerres civiles qui endeuillèrent le Congo de 1993 à 2003. Il a été fait ériger, dans les jardins de la préfecture, un monument aux « victimes de l’intolérance politique ». On y découvre trois femmes mutilées et décapitées, le buste dénudé jusqu’à la taille. Triste, mais évocateur 

L’endroit choisi pour célébrer les héroïnes anonymes des exactions endurées par la population civile est symbolique à plus d’un titre. Il borde, en effet, le boulevard Alfred-Raoul, ex-boulevard des Armées, qui est le lieu exceptionnel où la République reprend son souffle, le 15 août, de chaque année, pour fêter le jour de l’indépendance nationale à travers un défilé civil et militaire solennel.

Aux abords du boulevard, est élevé le Palais des congrès que tutoie désormais le ... Lire la suite


Style et Art de vivre
Jeudi 4 Juillet 2019 - 21:15

On ne peut pas dire Brazzaville sans évoquer les figures et les places qu’elle célèbre. Voyons à quoi tout cela retourne dans cette ville qui n’a pas la mémoire courte. ​

L’abbé Fulbert Youlou a officié le premier à l’hôtel de ville avant de devenir Premier ministre puis premier président de la République du Congo. Sur le rond-point de la mairie centrale, le monument en bronze qui lui est dédié, le présente en soutane dans cette image d’Épinal qu’il a construite pour longtemps en référence à son passé de curé.   

A quelque distance de là, se dresse celui de son ami et adversaire politique intime, Jacques Opangault. L’ex-chef du gouvernement d’union nationale constitué au lendemain des élections législatives qui suivirent la mise en application de la loi-cadre du ministre français chargé des colonies, Gaston Defferre, pose tiré à quatre ... Lire la suite


Style et Art de vivre
Jeudi 27 Juin 2019 - 21:50

Les bus de la Société des transports de Brazzaville-STB-, achetés auprès du constructeur espagnol Pegaso (Empresa nacional de auto camiones, SA), faisaient la fierté des habitants de la capitale congolaise, surtout des élèves et étudiants.

Ceux d'entre ces élèves et étudiants, dont les parents avaient la poche un peu garnie, pouvaient souscrire un abonnement d’un mois, voire plus. Ils empruntaient le bus pour se rendre à l’école, à l'université ou aux quatre coins de la ville en présentant leur ticket au contrôleur.

La course, très moins chère, facturée à seulement 50 FCFA, était, cerise sur le gâteau, presque touristique puisqu’elle vous emmenait où vous vouliez. Le maire de la ville est alors Gabriel Emouengué. Retenons que les Brazzavillois ont la langue pendue et la dérision ne leur fait pas défaut.

Voici, en effet, comment ils sont parvenus à ... Lire la suite


Style et Art de vivre
Jeudi 20 Juin 2019 - 21:05

Souvent, à la faveur d’une conversation, les Brazzavillois égrènent avec ou sans pincement au cœur, la longue liste des personnalités qui ont eu l’honneur de revêtir l’écharpe de premier citoyen de l’ancienne capitale de l’Afrique équatoriale française, ancienne capitale de la France libre.

Lequel de la vingtaine de maires élus ou nommés à la tête de Brazzaville depuis 1956 a-t-il laissé une bonne impression ? Lequel de ces maires, tous des hommes, par ailleurs, comme si Brazzaville manquait de femmes à la hauteur, a fait piètre figure ? Chacun y va de son jugement…

L’année 1956, faut-il le rappeler, est celle de l’adoption de la loi-cadre par laquelle les anciennes colonies françaises d’Afrique, dont l’ex-territoire du Moyen-Congo, sont autorisées à se doter d’une Assemblée et d’un gouvernement. Et Brazzaville devint une mairie !

Fulbert ... Lire la suite


Style et Art de vivre
Jeudi 13 Juin 2019 - 21:30

A tous égards, les Brazzavillois restent nostalgiques de la splendeur que respirait la capitale de leur pays il y a de cela trois, voire quatre décennies. Alors de petite taille, Brazzaville était, en effet, toute verte, coquette, presque écologique.

Les tas d’immondices irrespirables jonchant plusieurs endroits de la ville étaient introuvables, les services d’hygiène fonctionnaient à merveille, les services des voiries vidangeaient les waters systématiquement, le transport en commun était respectueux de ses usagers, les salles de cinéma bondées, les rues moins boueuses, les cours des écoles publiques toujours animées accueillaient le « Mwana foot », le football des jeunes amateurs du ballon rond.

Quand on s’alimentait en plein air, on affrontait moins les colonnes de mouches récalcitrantes comme cela est le cas de nos jours. Pour cette époque-là, à juste ... Lire la suite


Style et Art de vivre
Vendredi 7 Juin 2019 - 11:30

Lors d’un entretien croisé avec les confrères de "Ziana TV", Fordice Juvenal Bama a confié qu'il représentera le Congo au concours qui se déroulera le 2 décembre, à Auxerre, en France.

Juvenal Mbama, candidat congolais au Championnat du monde des maîtres d'hôtels 2019 à Auxerre en FranceOui ! Il existe bien un championnat du monde des maîtres d’hôtels, initié par  l’Association pour la sauvegarde et la promotion du patrimoine des arts de la table et du service à la française. Il a été conçu, selon les organisateurs, afin de poursuivre la promotion des métiers du service en salle et permettre aux maîtres d’hôtels de toutes les nations du service en salle de comparer leurs savoirs, leurs techniques et leur art.

A cette compétition, le candidat du Congo Brazzaville sera Fordice Juvenal Bama. Diplômé d’ESH Lille dont il est titulaire du diplôme master 2 management, domaine de voyage, tourisme et hôtellerie. Le candidat congolais a été formé aux ... Lire la suite


Style et Art de vivre
Samedi 8 Juin 2019 - 13:09

Sous d’autres cieux, on parlerait de bistrot ou de maquis. A Brazzaville, les termes consacrés, dérivés du lingala, sont ekàlà et nganda, familiers pour désigner les bouis-bouis, débits de boissons et autres boîtes qui ont toutes les apparences d’être la marque déposée de plusieurs villes africaines du sud du Sahara.

Ces dernières années, le nganda à la mode dans la capitale congolaise est appelé VIP, sigle en anglais pour Very important person (Personne très importante). Ces lieux couverts sont souvent dotés d’un petit minimum : climatisation, places assises plus ou moins convenables, même si tous ne peuvent justifier de cette qualité puisqu’il y en a où l’on ne peut vraiment pas se soulager dans de bonnes conditions. En raison des prix relevés qui y sont pratiqués, on suppose néanmoins que ceux qui les fréquentent sont un cran plus « nobles » ... Lire la suite


Style et Art de vivre
Vendredi 7 Juin 2019 - 11:32

Une robe volumineuse de fil d’or, une coiffure et des couches de bijoux en or scintillants sont les pièces maîtresses de l’exposition "Good as gold" au musée d’art africain Smithsonian, une interprétation moderne d’une « signare », une femme connue pour sa richesse et son pouvoir au Sénégal aux XVIIIe  et XIXe siècles.

Le mot "signare" vient du portugais et veut tout simplement dire "femme" en français. «D’un côté, cela signifie faire bonne figure, s’habiller, mais cela traduit aussi le sens de la valeur morale, de montrer le meilleur de soi-même, d’être non seulement belle et élégante, mais aussi d’être bien dans sa peau, de dégager cette confiance en soi, cette dignité, ce genre de capacité à se tenir droit dans ses bottes », a détaillé Kevin Dumouchelle, curateur au Musée d’art africain Smithsonian.

La plupart des pièces ... Lire la suite


Style et Art de vivre
Jeudi 30 Mai 2019 - 19:25

La jeune togolaise de 23 ans, étudiante en master en génie civil BTP, au Maroc, a lancé, en 2018, sa nouvelle marque de chaussures pour hommes, revalorisant ainsi la profession de cordonnier dans son pays, en particulier, en Afrique, en général.

 Odile Tchaou Essowe fait partie de ces jeunes africains qui, de par leur engagement, font la fierté du continent. Sa passion pour les chaussures hommes est aussi déconcertante. Ni les difficultés liées à la complexité de sa filière, encore moins ses études avec toutes les contraintes que cela peut impliquer, n’ont réussi à émousser son goût pour de belles chaussures hommes. « Quand on dit ‘’Edem shoes’’, cela veut dire tout simplement la chaussure qui épouse son homme. Edem Shoes, c’est une nouvelle marque incarnant ce qu’une Afrique nouvelle veut montrer au monde », a expliqué la promotrice.

 En effet, ... Lire la suite

Pages