Style et Art de vivre


Style et Art de vivre
Samedi 24 Septembre 2016 - 12:26

Il y a trois ans, nous lancions, un jour de février 2013, le premier numéro de notre édition du samedi. Édition conçue pour découvrir l’Afrique qui bouge. Celle qui s'invente un avenir et qui vit au présent tant sur le plan culturel, sportif, économique qu'intellectuel. En effet, le ton avait été donné dans ce premier numéro, avec à la clé, un coup de projecteur sur les sapeurs des deux rives du fleuve congo, sujet auquel nous sommes très attachée tant l’univers bouillonne d’énergie . Et la jeune compagnie aérienne congolaise ECAir, à travers une interview de Fatima Beyina Moussa, sa directrice générale, n'avait pas loupé le coche.

Aussi était-ce une évidence pour notre journal de marquer notre soutien à cette compagnie congolaise naissante, dirigée par une femme dont la volonté de créer pour le Congo une compagnie aérienne moderne, dynamique et ... Lire la suite


Style et Art de vivre
Samedi 24 Septembre 2016 - 12:28

Au Congo, la banane occupe la seconde place après le manioc au plan de la production et d’importance économique. Cette production est entravée par de nombreuses contraintes dont le « bunchy top » ou « sommet touffu ».

Selon les chercheurs de l'Institut national de recherche agronomique (IRA), les pucerons Pentalonia nigronervosa  sont à l’origine de cette maladie virale. Elle se transmet également par des rejets contaminés. Conséquence : le bunchy top entraine la baisse de la qualité des fruits en cas d’attaques faibles ou tardives. Si les attaques sont sévères, on note une perte totale de la production de banane. L’abandon de la production de banane au profit d’autres cultures souvent moins rentables, figure également au nombre des conséquences.

Face à la situation, ces chercheurs se sont engagés dans la lutte contre les bioagresseurs du bananier et ... Lire la suite


Style et Art de vivre
Samedi 24 Septembre 2016 - 0:35

Nombre de Brazzavillois connaissent ce marché situé à Talangaï, dans le 6è arrondissement de la capitale. Au moins, ils en ont déjà entendu parler. 

En traduisant littéralement « liputa na tolo » veut dire « le pagne noué à la poitrine ». D’habitude, le pagne noué à ce niveau, au Congo, signifie que la femme s’apprête à aller se laver, qu’elle n’a pas encore pris sa douche, qu’elle est chez elle, loin de s’engager dans des courses hors foyer.

Mais, même dans cette disposition, la femme peut créer les conditions pour une cuisine express sans devoir effectuer de longues distances vers un marché public et réglementaire. En d’autres termes, il lui suffit de parcourir 100 mètres pour se procurer un kilo de viande, de poisson, des condiments et le tour est joué. 

C’est cette possibilité qu’a la femme d’aller et revenir, sans fards et ... Lire la suite


Style et Art de vivre
Samedi 24 Septembre 2016 - 0:33

Le chef de département Environnement et océanographie, à l’Institut national de recherche en science exacte et naturelle, revient sur l’impact de la recherche dans la gestion des ressources halieutiques et sur l’échec de la filière piscicole au Congo.

Les Dépêches de Brazzaville : En qualité de chercheur, vous étudiez la biologie ; la biodiversité aquatique, terrestre et marine, pour quel résultat ?

Victor Mamonekene : En matière de recherche, nous faisons surtout l’étude de la biodiversité des poissons, des eaux continentales congolaises parce que, plus facile à étudier, car les poissons sont les plus faciles à obtenir dans un milieu aquatique. Les autres composantes sont beaucoup plus difficiles. Actuellement, nous menons des recherches dans les bassins fluviaux du bassin du Congo et ses affluents ainsi que du bassin du Kouilou-Niari.

L.D.B. : À quoi ... Lire la suite


Style et Art de vivre
Jeudi 22 Septembre 2016 - 17:00

Les petits boulots sont légion auprès des jeunes congolais. Ils sont nombreux qui chaque jour se chargent d'indiquer les itinéraires aux clients désireux d'emprunter tel ou tel autre bus. On les appelle  chargeurs de bus mieux, des "crieurs". Seulement l'on se demande jusque où irons-t-ils, avec un métier dont l'avenir est des plus incertain.

 

Chargeurs de minibus à l'arrêt du CCFDepuis plusieurs années, le constat effectué sur les parkings de bus montre une affluence de jeunes chargés de remplir les minibus. Aux heures de pointe de la journée, ils s’époumonent pour indiquer aux voyageurs le bus en partance et son itinéraire. Dans les terminus et les grands arrêts, ces chargeurs prennent le relai des réceveurs communément appelés contrôleurs.

Leur lieu de travail, ce sont les parkings des transports en commun brazzavillois. « Il arrive aussi que ce soit sur les arrêts les plus importants ... Lire la suite


Style et Art de vivre
Samedi 17 Septembre 2016 - 18:25

Depuis quelques années, l’humanité a basculé du côté obscur. Pour cause : nous vivons au-delà de nos moyens environnementaux. Désormais, l’humanité vit à crédit.

Quel est donc le niveau de la dette écologique à ce jour ? Chaque année, la New economics fondation calcule la date à laquelle la consommation des ressources par l’humanité dépasse la capacité de renouvellement de la planète. Cette date intervient chaque année de plus en plus tôt, ce qui signifie que les ressources disponibles pour une année sont consommées de plus en plus vite. Dépassée cette date, on est en situation d’épuisement des réserves.

Cette date anniversaire a été baptisée « Jour de la dette écologique » ou Jour du dépassement ». En 1987, l'humanité était passée dans le rouge le 19 décembre. En 1995, cette date était intervenue le 21 novembre. Pendant l’année ... Lire la suite


Style et Art de vivre
Samedi 17 Septembre 2016 - 18:23

Une récente étude menée par une équipe de chercheurs de l’université de Lancaster (Grande-Bretagne) montre que la culture de biocarburants pourrait représenter une menace écologique importante.

Peupliers, saules, eucalyptus sont de plus en plus cultivés pour produire des énergies renouvelables, car ils offrent l’avantage de croître rapidement. Mais plus ils grandissent, plus leur bois rejette un niveau élevé de produits chimiques, notamment l’isoprène, qui entre dans la formation de la couche d’ozone toxique dès lors qu’ils se combinent avec d’autres polluants atmosphériques sous l’effet de la lumière du soleil.

« La culture des biocarburants est pensée comme une bonne chose car elle permettrait de réduire la quantité de dioxyde de carbone rejeté dans l’atmosphère. Nous ne mettons pas en doute cela, c’est très bien, mais nous attirons ... Lire la suite


Style et Art de vivre
Samedi 17 Septembre 2016 - 12:34

Brazzaville se pare de nouveau de nombreuses couleurs, du 16 au 17 septembre à l'hôtel de la préfecture. Pour sa deuxième édition, Festi'Congo vous met sur les rails entre opinions croisées, scènes artistiques et soirées festives.

Organisé par l’Association Kirikou évènements (AKE), ce festival de la mixité vise à mettre sur le devant de la scène la diversité culturelle et sociale à travers un programme d’activités riche et coloré. Au rendez-vous : conférence-débat, concerts, spectacles, danses, expositions, défilé... illustreront cette mixité.

Cette rencontre artistique a pour vocation de valoriser toutes les formes d’expression artistique à travers différents projets culturels. « Ce festival, unique au Congo, offre au public un éventail de la richesse des peuples et des cultures dans un esprit d’amitié, de convivialité et de partage », a ... Lire la suite


Style et Art de vivre
Samedi 17 Septembre 2016 - 12:01

Ebola a inspiré nombre de cinéastes hollywoodiens, mais ceux qui parlent le mieux de l'épidémie restent ceux qui ont dû y faire face. Le déni, le courage, la peur, l'abandon... comment réagit-on face à ce virus mortel et effrayant ? C'est ce que tente de raconter « 93 days ».

Ce blockbuster attendu de Nollywood, le cinéma made in Nigeria, fait son avant-première le 13 septembre prochain à Lagos.  

"93 days" ou 93 jours, c'est le temps qui s'est écoulé entre l'arrivée de Patrick Sawyer, diplomate libérien qui a importé Ebola au Nigeria le 20 juillet 2014, et la levée de l'état d'urgence.

Lors d'une première projection réservée à une cinquantaine d'invités, le générique avait déjà commencé que les spectateurs riaient encore avec leurs voisins ou discutaient au téléphone avec une indiscrétion toute nigériane.  

Mais lorsque la phrase "Basé sur une ... Lire la suite


Style et Art de vivre
Samedi 17 Septembre 2016 - 18:26

Loin des fleurs et du classicisme très présent mercredi, le créateur malien Lamine Kouyaté a lui assuré une nouvelle livraison de ses imprimés d'inspiration africaine pour Xuly Bët, en présence du réalisateur Spike Lee.

Parmi les pièces les plus remarquées une veste, un chemisier et un pantalon portant des images de madone en médaillon, ou cette robe portant une carte de l'Afrique et l'inscription "Journée internationale de la femme". Des combis aux tailleurs jupe-culotte, robes-sweat-shirts, pantalons flare en passant par des maxi bombers, bodies, headbands et sandales compensées enrubannées de wax

« Ma base, c'est toujours les femmes. Je n'ai pas autre chose comme inspiration, la femme, l'émancipation », a expliqué le designer après le défilé.

Pages