Style et Art de vivre


Style et Art de vivre
Lundi 13 Mars 2017 - 10:29

Quatrième film du réalisateur franco-sénégalais Alain Gomis, "Félicité" brosse le portrait d'une chanteuse de bar qui doit trouver de l'argent pour que son fils, victime d'un accident, puisse être opéré. Alain Gomis, 44 ans, va suivre chaque pas de son héroïne, interprétée par la chanteuse Véro Tshanda Beya, dont il filme le visage au plus près, sans en percer tous les mystères. A ses côtés, figurent d'autres acteurs non-professionnels dont Papi Mpaka dans le rôle du prétendant et Gaetan Claudia dans celui du fils.

Pendant deux heures, le réalisateur va suivre son héroïne au bar où elle chante tous les soirs, chez ses anciens employeurs ou chez un homme riche auprès de qui elle tente le tout pour le tout pour amasser la somme nécessaire à l'opération.

Ce personnage va devoir trouver sa voie entre lutte et acceptation. Il va également s'ouvrir aux autres, ... Lire la suite


Style et Art de vivre
Vendredi 17 Mars 2017 - 13:00

Il y a une croissance exponentielle des recherches dans le monde dans le domaine des piles bactériennes. Dans le cadre des problématiques écologiques, les biopiles font un retour en force.

Un laboratoire rennais met au point des biopiles capables de nettoyer les eaux usées en produisant de l'électricité. A l'université de Rennes-I, Frédéric Barrière s'applique à nourrir les bactéries de sa biopile. Des bactéries qui digèrent les molécules organiques, contenues par exemple dans des eaux usées, et transfèrent les électrons produits à l'anode de la pile pour produire de l'électricité. Le rendement est certes encore faible mais le système est à l'essai dans des stations d'épuration, grosses consommatrices d'énergie, avec le bénéfice double de produire de l'électricité tout en participant à la dépollution de l'eau.

« La production d'électricité est très ... Lire la suite


Style et Art de vivre
Vendredi 17 Mars 2017 - 11:27

Femme chrétienne et mère de six enfants, Sonia Mabiala est une prédicatrice de l’Evangile passionnée par le développement personnel. En plus de sa carrière aux Nations unies et de la gestion de son entreprise, elle s’est fixée une mission : aider les femmes africaines souvent écrasées par les dogmes et les traditions à devenir libres et épanouies à travers des séances de coaching. Avec son franc-parlé, la coach a réussi à séduire également les hommes. Entretien.

Les Dépêches de Brazzaville : Depuis combien de temps faites-vous du coaching et qu’est-ce qui vous a poussé à vouloir accompagner les femmes dans leurs relations amoureuses ?

Sonia Mabiala : Cela fait près de 15 ans que je fais du coaching, c’est une véritable passion presqu’un mandat. J’ai ce fardeau pour les personnes qui souffrent. Au vu de mon passé particulièrement, celui de la ... Lire la suite


Style et Art de vivre
Samedi 25 Février 2017 - 8:00

Le 14 mars 2017, le Journal du luxe et l’Ifop vous donnent rendez-vous au cœur du Marias à Paris à l’occasion  d’une matinée de réflexion sur l’Afrique en présence de quelques acteurs du luxe. Rencontre inédite, « It’s Luxe Time » sera l’occasion de comprendre les enjeux du luxe en Afrique et de mieux cerner ce vaste marché émergent doté d’un réel potentiel.

Lors de cette matinée, les intervenants partageront des données exclusives sur le luxe en Afrique, en abordant les réalités de certains marchés spécifiques tels que le Maroc, Nigéria et l'Afrique du Sud. Les témoignages de différents acteurs et marques de luxe présentes sur le continent africain viendront soutenir les différentes réflexions des experts.


Style et Art de vivre
Dimanche 26 Février 2017 - 12:11

Les centrales géothermiques émettent dix fois moins de CO2 qu'une centrale thermique fonctionnant au gaz naturel. De plus, les installations modernes réinjectent les liquides géothermaux dans leurs réserves souterraines, ce qui réduit à 0 les émissions de CO2.

Les grands enjeux qui doivent accompagner le développement économique de l’Afrique sont énergétiques. Outre l’éolienne, le solaire, la biomasse, la géothermie peut aider à l’approvisionnement en énergie des ménages, des petites entreprises voire des industries.

La production d'électricité géothermique consiste à convertir la chaleur des nappes aquifères à haute température (de 150 à 350°C) à l'aide de turboalternateurs. Il est donc possible de produire de l'électricité via cette vapeur pour des températures d'eau avoisinant les 100°C. Cette technologie devient l'un des systèmes les plus ... Lire la suite


Style et Art de vivre
Samedi 25 Février 2017 - 8:08

C'est la première fois qu'un film nigérian fait plus d'entrées à domicile que les blockbusters hollywoodiens.

Deux mois après sa sortie, le film, toujours à l'affiche, a généré 400 millions de nairas (1,2 million d'euros) de recettes, deux fois plus que le précédent record, détenu jusque-là par « A Trip to Jamaica », sorti lui aussi en 2016 et qui avait récolté 178,5 millions de nairas.

Le Nigeria a beau être en récession et l'inflation frôle les 20%, Nollywood, deuxième industrie cinématographique au monde après Bollywood avec quelque 2.000 films par an et un public estimé à 150 millions de spectateurs, ne s'est jamais aussi bien portée. En tête du box-office, « The Wedding Party », une comédie aussi loufoque que glamour, raconte le mariage de Dunny et Dozie en dépit des réticences et des rivalités ethniques qui opposent leurs familles, l'une igbo ... Lire la suite


Style et Art de vivre
Samedi 25 Février 2017 - 8:15

Mina Hem’Sey nous plonge dans les images souvenirs d’un Congolais coupé de son pays natal depuis une dizaine d’années, et qui tente de trouver des voies pour des engagements futurs.

« Sur la photo, c’était presque parfait » se révèle une aventure à la recherche de soi. Dans ce roman de 220 pages, l’auteur évoque la traversée intérieure et extérieure de Prodige, étudiant Franco-congolais, résidant de la banlieue parisienne qui fait un voyage au Congo-Brazzaville.

Les images souvenirs, à elles seules, ne suffisent plus au personnage principal, coupé de son pays natal depuis une dizaine d’années. Alors qu’il est en fin d’études dans sa faculté parisienne, le protagoniste se lance dans un voyage initiatique pour raviver en lui la flamme de ses origines et le faire renouer avec sa première identité.

À travers sa quête d’idéal, le lecteur se laisse ... Lire la suite


Style et Art de vivre
Vendredi 17 Février 2017 - 20:11

L’arbre artificiel constitue un mécanisme prometteur de capture du Co2.

C’est un vieux rêve que celui de reproduire le processus de photosynthèse des plantes. Parmi les projets les plus aboutis, celui des « feuilles artificielles » du professeur Klaus Lacker et son équipe, à l’Université de Columbia. Lorsque l’air est sec, une résine absorbante piège le co2, qui est ensuite relâché dans un espace confiné humide. Il peut alors être stocké ou solidifié dans de la roche par exemple. La capacité de cet « arbre artificiel » est 1000 fois plus grande que celle d’un arbre naturel.

De quoi lutter efficacement contre la pollution ? Il y a malheureusement un hic. Chaque tonne de Co2 fixée par cet arbre artificiel revient à environ 200 dollars. Même ramené à 30 dollars, comme le prévoit l’auteur, cela reste largement au-dessus du cours actuel des droits ... Lire la suite


Style et Art de vivre
Vendredi 17 Février 2017 - 20:16

Ses parfums tout droit descendus des montagnes qui encerclent le Cap sont apparus il y a deux ans à peine mais leur succès a été immédiat. Dans les bars tendance de la mégapole, le gin version sud-africaine s'est imposé comme LA boisson à la mode.

Au comptoir du Mother's Ruin, les 20 variétés de gin produites localement figurent parmi les préférées des clients, sur une liste qui en compte 144 et fait la réputation de l'établissement. 

Les gins d'ici « sont très populaires », affirme fièrement le patron du bar, Will Pretorius. « Tous les étrangers qui viennent ici veulent découvrir tout ce que peuvent offrir les gins d'Afrique du Sud ».

Beaucoup, apparemment. Lui-même confie s'être récemment épris d'un mélange étonnant, distillé avec de l'eau de mer...

« On peut créer tellement de boissons différentes à partir du gin, et le goût change ... Lire la suite


Style et Art de vivre
Lundi 20 Février 2017 - 9:43

À l'ombre des gratte-ciels et des centres commerciaux fastueux, un quartier populaire de Dubaï s'orne d'immenses fresques qui célèbrent l'héritage des Emirats vu par des peintres et grapheurs internationaux.

Vieil homme à bord d'une barque, enfants courant dans la rue, un fier rapace : les peintures du Dubai Street Museum offrent un visage bien différent de celui, ultra-moderne, qu'aime à présenter la ville.

Ce projet financé par le gouvernement fait appel au talent de 16 artistes de rue, dont le Lituanien Ernest Zacharevic, basé en Malaisie où il est considéré comme l'équivalent de Banksy, et le Tunisien The Inkman, réputé pour ses fresques calligraphiques.

Depuis novembre, chacun d'eux livre sa propre interprétation du thème « Le passé » sur des bâtiments d'une artère fréquentée du quartier Satwa, l'un des plus anciens de Dubaï.

« Aujourd'hui les ... Lire la suite

Pages