Langues congolaises : le défi de traduire la bible en gangulu

Samedi 10 Août 2019 - 13:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Une association des ressortissants du district de Gamboma (département des Plateaux) s’active à traduire l’évangile de Luc dans la langue de leur terroir. A quelles fins ?

Le Cercle de réflexion et de soutien à la traduction de la bible en langue gangulu (CRSTBLG) a réuni ses membres, le 9 août, à Brazzaville, pour faire avancer son projet d’assurer la traduction d’une partie de la sainte bible dans la langue la plus parlée du district de Gamboma d’où ils sont originaires.

D’après les initiateurs, ce projet vise avant tout la valorisation de leur langue maternelle, clé de voûte de leur culture et de la richesse nationale à côté des autres langues parlées du Congo. Ils rappellent que lors de la célébration de la journée des langues congolaises, le 21 février dernier, les organisateurs notaient que si l’on n’y prenait garde, les langues nationales pourraient disparaitre dans au moins cinquante ans. Cela se traduirait, de leur point de vue, par une perte d’identité et des valeurs qui fondent la communauté nationale.

D’où la volonté exprimée par leur association de poser un acte appelé à s’inscrire dans la durée. Selon eux, le district de Gamboma est l’un des districts du Congo où la référence à la bible est très marquée en raison de l’implantation de plusieurs confessions religieuses sur son territoire. Ce qui a justifié, par ailleurs, la présence des délégués des églises évangélique, salutiste, kimbanguiste, Dieudonné et Lumière divine, à la réunion du 9 août. La démarche du CRSTBLG est aussi soutenue par le Ngambom, roi de Mbaya, dont un représentant était sur place.

Quand on leur pose la question du choix de traduire la bible, en particulier l’évangile de Luc, ils invoquent la richesse de celui-ci et l’universalité des Saintes écritures. Enfin, ils remercient la Société internationale de linguistique du Congo qui les accompagne dans ce défi de valoriser leur culture.

Une commission de rédaction dirigée par Sébastien Elion a la mission de collecter toutes les données susceptibles d’étoffer ce projet dont le CRSTBLG, animé présentement par Pierre Andzounana, entend mener à bien.

Les Dépêches de Brazzaville

Légendes et crédits photo : 

Le présidium de la rencontre

Notification: 

Non