Tradition africaine: à la découverte du rituel "Ingomba"

Vendredi 24 Août 2018 - 20:16

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Dans la tribu des Mongo, une ethnie de la République démocratique du Congo (RDC), l’éducation traditionnelle est considérée comme un devoir sacré envers la communauté. Introduire les futures générations aux mystères de la vie est donc un passage obligatoire.

Les jeunes Mongo sont initiés très tôt au rite "Ingomba". La pratique consiste à les intégrer dans un milieu physique et humain en leur procurant des connaissances dans la danse, la pêche, les récoltes, la chasse, l 'ouverture de l’esprit, etc. 

Présentation du rite de l’initiation

"Ingomba" est un rituel qui aide les jeunes à devenir responsables et utiles dans la vie sociale. Dans cet univers, l’enfant est le fruit de l 'expérience des aînés du clan.

Les femmes plus âgées, considérées comme formatrices, doivent apprendre à leurs jeunes sœurs les principes de la vie, selon le modèle du clan : le respect des coutumes, les interdits, le respect de la hiérarchie clanique, la vie en couple, la pêche, l'agriculture, la solidarité comme base de la cohésion... Pareil pour les hommes âgés, appelés eux  aussi à inculquer les mêmes valeurs chez des jeunes garçons.

Les différentes étapes de l’initiation

L’intégration : période au cours de laquelle les jeunes apprennent les principes de la responsabilité selon le clan. Au cours de cette étape, ils apprennent à fabriquer des flèches, arcs, lances, boucliers, mortiers, pilons, chaises, couteaux et bien d’autres matériaux qu’ils utiliseront au quotidien.

La consécration : il s’agit d’un enseignement approfondi sur éléments définissant les Anamongos. La durée de cette période varie selon le sexe (six mois pour les garçons, un mois renouvelable pour les filles). Généralement, pendant la formation, les initiés peuvent maigrir à cause des travaux ardus.

Application des kaolins ( argiles blanches, friables et réfractaires, composées principalement de kaolinite, soit des silicates d'aluminium ). On applique cette matière en utilisant la couleur blanche pour les garçons et rouge pour les filles.  Après cela, les jeunes sont amenés à passer un moment dans la forêt. Pour clore le rituel, ils se font tatouer le corps pour notifier leur maturité et leurs aptitudes à être lancés dans l'arène de la vie.

Bien que la periode de la formation implique beaucoup de douleurs et qu’elle peut être rude, les rites ancestraux des Mongo ont joué un rôle crucial dans le quotidien de leurs aïeux. Ils ont mis en lumière les valeurs traditionnelles de tout un peuple.

Rappelons que les Mongo sont une peuple d’Afrique centrale qu'on trouve en RDC, plus précisément au sud de la province de l 'Equateur, au nord du Kassaï et au Maniema. Les clans Mongo sont constitués de tous ceux qui se réclament d'un ancêtre commun Mongo « les Anamongo ». Cette tribu compte plusieurs ramifications, notamment les Bolia, Bokolé, Ekonda, Mbole, Ndengese, Sengele, Bakusu, Tetela, etc.

 

Karim Yunduka

Légendes et crédits photo : 

Une cérémonie d'initiation chez Ies Mongo (DR)

Notification: 

Non