Opinion

  • Éditorial

Urgence

Lundi 6 Février 2017 - 13:42

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Que les spéculations aillent bon train sur la suite qui sera donnée par le gouvernement  au rappel à Brazzaville de quinze ambassadeurs n’a rien de surprenant. Sujet sensible entre tous, la représentation du Congo à l’étranger figure de façon évidente au cœur de la stratégie assignée par le chef de l’Etat au gouvernement que dirige le Premier ministre Clément Mouamba. Et comme tout indique aujourd’hui que la politique extérieure devient un enjeu majeur pour notre pays, il va de soi que ce défi ne sera relevé que si un renouvellement en profondeur des acteurs est effectué sans délai.

Ceci étant dit il serait bon que l’Etat, dans le moment même où il procède à ce changement sur le terrain diplomatique, prenne la juste mesure de l’importance que revêt la communication, au sens le plus large du terme, dans le monde très ouvert où nous vivons. S’il observe bien ce qui se passe aujourd’hui sur la scène internationale il constatera que les médias, sous toutes leurs formes, occupent une place essentielle et jouent un rôle décisif dans la construction de l’image d’un pays.

Plus le temps passe plus les techniques de communication se développent et s’affinent, permettant du même coup aux radios, aux télévisions, aux agences de presse, aux quotidiens de faire entendre leur voix sur les cinq continents. Sans sombrer dans le nombrilisme nous en apportons nous-mêmes la preuve chaque jour qui passe grâce à la diffusion sur le web des informations que recueille en continu l’Agence d’information d’Afrique centrale et que sélectionne ensuite notre quotidien, votre quotidien, Les Dépêches de Brazzaville.

Il ne nous appartient évidemment pas de dire comment l’Etat devrait s’y prendre pour aider la presse congolaise à mieux se faire entendre dans la sphère internationale, mais le temps nous parait venu de faire ce que tous les grands pays font aujourd’hui, c’est-à-dire aider celle-ci à accroître son audience. Si le Congo veut que sa voix soit mieux perçue il ne doit pas seulement changer les hommes et les femmes qui le représentent dans les grandes capitales ; il doit également faire en sorte que les médias congolais, publics et privés, soient présents sur le terrain partout où se prennent les grandes décisions. Alors, en effet, ses initiatives seront relayées de façon efficace à l’échelle planétaire.

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 21/2/2017 | Du calme !
▶ 21/2/2017 | Du calme !
▶ 20/2/2017 | A Marcel Gotène
▶ 18/2/2017 | Sélection
▶ 16/2/2017 | Recadrage
▶ 15/2/2017 | Modèle
▶ 14/2/2017 | Décryptage
▶ 13/2/2017 | Abstention
▶ 11/2/2017 | Imaginons …
▶ 9/2/2017 | Statut