Vestimentaire : des soirées " bling-bling" montent en puissance à Brazzaville

Jeudi 14 Février 2019 - 21:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La tendance à exiger de ses invités la couleur de la tenue à mettre au cours d’une manifestation festive (dîner, d’anniversaire…) prend de plus en plus de l’ampleur. Parmi les couleurs souvent recommandées par les organisateurs de ces retrouvailles, le blanc dénommé « bling-bling » est le plus prisé.

Le nouveau comportement qui s'observe présentement ne constitue-t-il pas une barrière que l’on dresse aux démunis dont la bourse ne favorise pas la liberté d’achat ?  Car, à défaut de disposer du vêtement de la couleur exigée dans son garde linge, l'on est obligé, soit de ne pas répondre à l'invitation, soit de s'endetter pour faire du shopping afin d'honorer le rendez-voous.

Décriant ce fait, Fernand, un Brazzavillois d’une trentaine révolue, a souligné qu’avec toutes les charges actuelles, il n’est pas toujours évident d’engager des dépenses à l’improviste. « J’ai été invité dernièrement à un dîner de mariage où tous les convives devaient mettre du rouge blanc. Comme, je n’avais pas une tenue de cette couleur, je suis resté chez moi pour ne pas paraître ridicule », a-t-il confié.

Une exigence à laquelle tout le monde ne peut se soumettre, a fait savoir Féthy, présidente d’une mutuelle, ajoutant toutefois :« Quand c’est un des nôtres qui l’organise, tous les membres doivent être présents. Les absences doivent être justifiées sinon on exige une amende tel que recommandé dans notre règlement intérieur ».   

Par ailleurs, pour sortir du lot et éviter du déjà vu de la couleur blanche, certains commencent à exiger du bleu ou du rouge. D’autres exagèrent et vont jusqu’à demander le port de Tee-shirt de sport.

Petite histoire sur le bling-bling

Lourdeur et brillance sont les deux adjectifs qui correspondent le mieux au bling-bling. Issu du hip-hop, le terme bling-bling s’est généralisé pour décrire un style un peu clinquant qui se caractérise par le port de bijoux en or ou doré, de type chaîne, gros médaillons, gourmettes, ornés de pierres luxueuses donnant un ensemble bien voyant d’amoncellement et de superpositions. Ainsi portés, les uns sur les autres, ils semblent annoncer sans aucun doute l’arrivée d’une star.

Mais le bling-bling est avant tout un mode de vie pour montrer son aisance, son statut de "nouveau riche" en clinquant et claquant son argent dans tout ce qui brille. Grosses voitures bien voyantes, accessoires en tout genre qui se repèrent de loin, fréquentation d'endroits branchés et people, attitude outrecuidante...

Le bling-bling est l’opposé de l’élégance et du raffinement mais, il n’en est pas moins un mouvement et un style incontournables qui s’affichent dans les magazines de mode, dans les défilés des créateurs, tout autant que dans les soirées mondaines !

Ce style reprend certaines bases du hip-hop : vêtements type jogging ou blouson à capuche extirpés du sportswear et de la scène. Il intègre aussi de la fourrure sous toutes ses formes, en manteau, chapka revisitée, écharpe même lorsque la température n’est absolument pas appropriée.

Le bling-bling est tapageur. Il se veut être remarqué, adulé, envié pour ne pas passer inaperçu. Pour se faire, porter des marques, des montres à strass énormissimes... Surtout pas de toc, rien que du très cher, du très gros, du très rutilant, du très précieux mais pas du très fin. Pas de faux-semblant, on est riche et on le fait savoir, n’en déplaise à Pierre, Paul, Jacques ! Pour être bling-bling, un seul mot d’ordre, « il faut que ça brille » !

 

Lopelle Mboussa Gassia

Légendes et crédits photo : 

Image illustrative

Notification: 

Non