7e art : « Royaume Kongo : à la recherche du royaume détruit » bientôt disponible

Mercredi 15 Avril 2020 - 13:49

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le film du réalisateur congolais Ne Kunda Nlaba devait sortir en avant-première mondiale fin avril-mai 2020 en France, au Royaume-Uni, en Belgique et en juillet en RD Congo et Angola. Mais la sortie a été reportée, en attendant la fin de la pandémie du Covid-19.

Le documentaire « Royaume Kongo: à la recherche du royaume détruit », d'une durée de cent quatre minutes, a été tourné en RDC et en Angola entre 2018 et 2019. « Il était une fois au cœur de l’Afrique, au centre du monde, le long de l'océan Atlantique, un empire des plusieurs grandes sources d’eau, des grandes rivières, des fleuves, des léopards, des matières précieuses et des grands hommes qui existait depuis plusieurs centaines d’années avant le 15e siècle. L’Empire était développé, puissant, fort et prospère. Il sera détruit plus tard par l’invasion de l’Europe, l’esclavage, les guerres civiles et le pillage de ses minerais. Il est connu autrement sous le nom du Royaume Kongo”, “Kongo Dia Ntotila” », indique le synopsis du film.

On y découvre plusieurs lieux historiques, situés notamment à Mbanza Kongo/Angola, qui fut la capitale du royaume Kongo : Kulumbimbi (Temple de Sao Salvador), la première église construite en Afrique Subsaharienne ; le musée des rois Kongo ainsi que Sungilu (lieu où étaient lavés les dépouilles des rois décédés). « De nos jours, nombreux ont peut-être entendu parler du Royaume Kongo, un empire qui a existé au coeur du continent africain et le long de la Côte Atlantique depuis plusieurs siècles avant l’arrivée des Européens en Afrique. Mais peu connaissent l’histoire de cet empire développé, puissant, fort et prospère en profondeur, notamment son origine, son peuple, sa création, ses leaders, ses rois et prophètes, son déclin occasionné par l’invasion de l’Europe, la christianisation, les guerres civiles, le pillage de ses minerais, l’esclavage et les déportations mais aussi sa contribution dans l’humanité », indique le réalisateur Ne Kunda Nlaba. Pour ce dernier, même si aujourd’hui, le Royaume Kongo n’existe plus, que son architecture a pratiquement été détruit avec certains édifices enfoncés sous terre, ses territoires morcelés en plusieurs États sans le consentement de Kongo en 1885 à Berlin à la conférence du Kongo, mais sa mémoire et son peuple sont présents.

Reconstituer le patrimoine historique

Pour Ne Kunda Nlaba, ce documentaire se veut un film historique de voyage et de découverte qui réunit le passé et le présent. « En dehors des fouilles archéologiques, les écrits des historiens, sociologues et anthropologues, la tradition orale nous aide également à reconstruire cette histoire riche en se servant des ouvrages, des correspondances entre les rois Kongo et portugais, des portraits, des témoignages des chefs traditionnels et des guides », explique le réalisateur.

Auteur de plusieurs films sur le Congo

Né à Kinshasa en RD Congo, Ne Kunda Nlaba est producteur, réalisateur, scénariste, acteur et politologue.  Il a déjà réalisé et produit plusieurs films documentaires et fictions courts et longs métrages parmi lesquels « Chérie Bondowe » (2012), son premier long-métrage de fiction ; le documentaire « Abeti Masikini : le combat d’une femme » (2015) ; le documentaire « Kimpa Vita: la mère de la révolution africaine » (2016).

 

 

 

Patrick Ndungidi

Légendes et crédits photo : 

Photo1 L'affiche du film Photo 2-Une séquence du film Photo 3-Une mission catholique de Pinda à Soyo au nord de l'Angola

Notification: 

Non