Adresse du chef de l’Etat devant le congrès : Félix Tshisekedi appelé à faire la mise à jour des dossiers de corruption

Samedi 14 Décembre 2019 - 15:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le président de l'Association africaine de défense des droits de l'homme (Asadho), Jean-Claude Katende, regrette qu’il n'y ait  « aucune procédure aujourd'hui qui peut faciliter la levée des immunités de certains députés provinciaux et sénateurs cités dans la corruption ».

En réaction au discours du chef de l'État tenu le 13 décembre devant les deux chambres du parlement réunies en congrès, Jean-Claude Katende  est revenu sur certaines antivaleurs qui gangréneraient, selon lui, la vie de la nation. Ce juriste s’est spécialement appesanti sur la corruption contre laquelle il dit livrer une lutte acharnée.

L’activiste des droits de l’homme a spécifiquement appelé le chef de l'État, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, à mettre à jour des dossiers de corruption. Dans cette exhortation, il pointe notamment les élections sénatoriales et la Cour constitutionnelle. « Nous aurions souhaité que le président de la République, avant d'intervenir sur la question de la corruption, s'informe d'abord auprès du procureur pour savoir l’évolution des dossiers de corruption. Il doit obligatoirement faire la mise à jour de ces dits dossiers de la corruption, car Il n'y a aucune procédure aujourd'hui qui peut faciliter la levée des immunités de certains députés provinciaux et sénateurs cités dans la corruption », a souligné Jean-Claude Katende.

Le président de l’Asadho a invité, par ailleurs, le chef de l'État à préciser également sa vision en ce qui concerne la corruption. Pour Jean-Claude Katende, il y a des confusions et zones d’ombre sur ses promesses faites s'agissant de la création de l'agence de lutte contre la corruption et d'une institution judiciaire dans ce volet.

Cet appel de Jean-Claude Katende entre dans le cadre de ses actions menées contre ce fléau depuis le pouvoir de Joseph Kabila. A côté de la corruption, le président de l’Asadho fustige également le détournement des deniers publics. Ses différentes interventions en vue d’obtenir une enquête dans le cadre du détournement des quinze millions de dollars versés au Trésor public par les pétroliers font également partie de cette vision qu’il soutient.

Lucien Dianzenza

Légendes et crédits photo : 

Jean-Claude Katende/R.O

Notification: 

Non