African music forum: la deuxième édition s'ouvre la semaine prochaine

Samedi 14 Septembre 2019 - 18:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Confortés par le succès de l’événement l’an dernier à Kinshasa, le label de production international Bomayé Musik et l’Institut français (IF) l'organisent de nouveau autour d’une série de conférences sur « La musique africaine à l’ère du numérique », dès le 19 septembre, et de concerts les 20 et 21 septembre.

  Philo et quelques opérateurs culturels à la conférence de presse L'information a été livrée par Philo Maya Muesa, au cours d'une conférence de presse tenue à la Halle de la Gombe,  en présence des représentants des principaux sponsors que sont Canal+, la Rawbank et la Bracongo. L'orateur a indiqué que le label Bomayé Musik, satisfait de la première édition organisée l’an dernier dans la même période à Kinshasa, du 20 au 22 septembre,  s’est employé à poursuivre cette expérience  qui va s’étendre cette fois-ci à Brazzaville. 

C’est donc plein d’entrain que le directeur général de Bomayé Musik a parlé des contours de l’événement en compagnie notamment de quelques opérateurs culturels et artistes. Retenus dans le panel des conférenciers, Djo Moupondo (PCA de la Clique Music), Stéphanie Suffren (productrice déléguée du JazzKif) et Michel Mutahali (manager général de Happy people) ont reconnu l’intérêt qu’il y a à créer une synergie dans la profession.

Évoquant au passage des expériences personnelles, Stéphanie Suffren a pour sa part déclaré : « Nous avons tout à gagner à être solidaires et il est très clair que nous soutenons l’African music forum ». Ce à quoi Djo Moupondo a renchéri en soulignant que la vulgarisation, rôle dévolu aux journalistes, n’est pas des moindres dans la synergie voulue pour la constitution d’un réel écosystème qui permette vraiment d’asseoir une industrie culturelle, en particulier musicale.

« Nous devons décider de mettre en place une économie de la culture et c’est dans des forums comme l’African music forum que nous pouvons créer cette dynamique », a-t-il soutenu.

Et Michel Mutahali de conclure : « Si nous n’arrivons pas à nous structurer localement, nous aurons du mal à attirer les gens vers nous ». C’est dans cette optique qu’il a parlé de l’expérience de son label Happy people.

« Nous avons voulu répondre à plusieurs problèmes en créant le label. Nous avons nous-mêmes fait de l’événementiel, créé un réseau de communication parce que nous avons eu du mal à avoir l’aura que nous voulions... L’idée derrière cette organisation était de créer une miniature d’écosystème », a-t-il expliqué.

Concerts de Fally, Franglish, Youssoupha et Alesh Philo entouré de quelques artistes à l’affiche des premières parties des concerts

Pour le grand public ce sont résolument les soirées musicales qui volent la vedette aux conférences et différentes key notes qui ont pour but de mener à la structuration de l’industrie musicale congolaise. Les têtes d’affiche des prochains concerts  sont Fally Ipupa et Franglish ainsi que les réputés rappeurs Youssoupha et Alesh auxquels est associé le Guinéen Kandia Kora.  D'autres artistes tout aussi pétris de talent sot associés à l'événement et assureront les premières parties des soirées. Celle du 20 septembre, consacrée quasiment au slam, a notamment pour affiche le célèbre Yekima de Bel’Art et Do Nsoseme mais aussi Lova Lova, un des chanteurs en vue de la musique urbaine kinoise. Le rappeur Leoniss et la chanteuse-guitariste Céline Banza, programmés le 21 septembre, ont promis des spectacles inédits. La soirée de clôture s’achèvera avec de la rumba au son de la musique du groupe Vox Africa.

Nioni Masela

Légendes et crédits photo : 

Photo 1 : Philo et quelques opérateurs culturels à la conférence de presse Photo 2 : Philo entouré de quelques artistes à l’affiche des premières parties des concerts

Notification: 

Non