Afrique : Alain Juillet invite les élites africaines à développer l'emploi local

Mardi 11 Décembre 2018 - 12:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le président de l'Académie de l'Intelligence économique et du Club des directeurs de sécurité des entreprises, ancien n° 2 de la DGSE, participait à une rencontre internationale sur les perspectives de développement économique sur le continent noir.

Dans le cadre de la rencontre internationale organisée par l'Organisation internationale de la Francophonie sur le thème : ''Afrique: quelles priorités et quels moyens pour construire une dynamique économique, sociale, durable, responsable et partagée? '', Alain Juillet a présenté les intérêts de la France dans ce continent, notamment son développement économique qui en fait un continent attractif; le développement de la population africaine qui va doubler dans les trente prochaines années, avec des conséquences importantes en termes de besoins énergétiques, alimentaires et d'emploi.

Alain Juillet a rappelé que l'Afrique sera dans les prochaines années un marché très intéressant. Et parler la même langue facilite l'échange avec l'Afrique. Il a peaufiné une nouvelle relation entre la France et l'Afrique: ''Nous pouvons imaginer des accords douaniers, économiques, commerciaux ou encore d'échanges d'étudiants, entre les pays francophones d'Afrique et la francophonie européenne. Un peu sur le modèle de ce que font les États-Unis avec le Japon ou d'autres pays avec lesquels ils passent des accords bilatéraux''.

Pour l'ancien n° 2 de la DGSE, il y a de la place pour tout le monde, en Afrique. Il reconnaît que la France a peu de moyens, contrairement aux autres pays. Toutefois, il considère la langue française comme '' un formidable vecteur de pénétration et d'échange''. Les relations entre la France et les pays africains ont complètement changé dans les vingt dernières années, a-t-il rappelé, évoquant une nouvelle génération d'entrepreneurs et d'industriels francophones qui regarde l'Afrique avec intérêt, ''car ce continent est devenu une zone de développement économique très intéressante'', selon lui, soulignant que l'avenir de l'Afrique est plutôt dans la transformation des matières premières sur place. Ce qui va créer la valeur ajoutée ainsi que l'emploi sur place et freiner les phénomènes d'immigration. Il y va de l'intérêt des élites africaines à développer l'emploi local, a-t-il soutenu.

Noël Ndong

Notification: 

Non