Afrique centrale: le Gabon abrite la neuvième session extraordinaire de la CEEAC

Jeudi 12 Décembre 2019 - 15:14

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Sur convocation du président en exercice de la communauté sous-régionale, Ali Bongo Ondimba, la réunion aura lieu le 18 décembre, à Libreville.

La neuvième session extraordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) sera consacrée essentiellement à la réforme institutionnelle de l’organisation.

Les chefs d’Etat examineront et valideront le rapport des travaux des ministres et les cinq textes fondamentaux relatifs à la réforme institutionnelle de la CEEAC sur lesquels ont travaillé les experts des onze Etats membres, et qui ont été adoptés par les ministres au cours de la réunion du Comité de pilotage.

Il s’agit du projet de Protocole du traité instituant la commission de la CEEAC ; du projet du Conseil de paix et sécurité de l’Afrique centrale; du projet de règlement financier; du projet de cadre organique ; et du projet du statut du personnel révisé de la communauté.

La réforme institutionnelle de la CEEAC a été ordonnée par les chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres, réunis en en mai 2015 à N’Djamena, au Tchad. La conférence avait approuvé la proposition faite par le secrétariat général « d’initier une réforme profonde de la CEEAC ». Les chefs d’Etat avaient décidé alors de confier le pilotage de cet important dossier à leur pair, le président Ali Bongo Ondimba.

Le but poursuivi par la réforme est d’améliorer l’efficacité et l’efficience de l'organisation afin de réaliser un saut qualitatif majeur dans sa gouvernance pour en faire une communauté économique régionale viable et forte, dotée d’un exécutif à l’architecture rénovée.  La réforme vise aussi à contribuer à accélérer le processus de la rationalisation des communautés économiques régionales en Afrique centrale, notamment la CEEAC, la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale  et la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs, en lien avec la volonté des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEEAC matérialisée par le lancement du processus de rationalisation.

Pour les initiateurs de cette réforme, il s'agit de mettre, dans un cadre juridique et institutionnel unique et harmonisé, toutes les composantes du processus de l’intégration régionale au sein de la CEEAC, à savoir l’intégration économique et commerciale, politique ; stabilité sociale ; paix et sécurité.

Le sommet sera précédé d’un Conseil des ministres des Etats membres les 16 et 17 décembre.

Yvette Reine Nzaba

Notification: 

Non